ART | EXPO

Le quatrième mur était complètement dégagé

08 Jan - 26 Fév 2011
Vernissage le 08 Jan 2011

Figurations dépliées, fragmentées, suspendues au seuil de leur disparition, les photographies et films de Maïder Fortuné disposent dans l'espace de la galerie autant d'écrans de «projection» que le spectateur est appelé à interpréter, compléter, fantasmer.

Maïder Fortuné
Le quatrième mur était complètement dégagé

Pour sa deuxième exposition personnelle à la galerie Martine Aboucaya, Maïder Fortuné présente un ensemble d’oeuvres inédites réunies sous le titre «Le quatrième mur était complètement dégagé».

Déjouant le principe d’une représentation mimétique du réel, les oeuvres présentées invitent à faire l’expérience d’images saisies dans un processus de mutation, images-indices, qui font signe vers une représentation originelle à présent évanouie.

Figurations dépliées, fragmentées, suspendues au seuil de leur disparition, les photographies et films installés disposent dans l’espace de la galerie autant d’écrans de «projection» que le spectateur est appelé à interpréter, compléter, fantasmer. Ils résistent à une préhension immédiate, et font du temps l’outil premier d’une reconstitution active, nécessairement singulière, arbitraire, irrésolue. Au delà de toute certitude du voir, dans les fonds de consciences en travail, l’image perpétue son mouvement d’apparition.

Carrousel est un long travelling latéral dans un intérieur familial. Avec une lenteur extrème la caméra glisse au milieu d’objets et de corps de personnages immobiles. Les zones de netteté dans l’image sont très ponctuelles, elles isolent les fragments d’objets d’un flou absorbant et font de la vision une expérience  de pur surgissement dans la profondeur de champ.

La continuité annoncée par le travelling se révèle rapidement ambiguë. L’espace filmé produit des aberrations visuelles qui dévoilent son caractère impossible, son artificialité. Ce que nous voyons dés lors apparait comme la mise en image d’un processus mental de reconstitution, d’un travail de recouvrement à partir des fragments d’un espace originel désormais plié, et qui conserve au creux de ses plis, le mystère de son articulation.

Dans un mouvement sans fin, l’espace tourne comme un lent manège, un labyrinthe circulaire. Entre différences et répétitions, on ne se souvient plus très bien…

critique

Le quatrième mur était complètement dégagé