ART | CRITIQUE

L’Argent

Les millions naissent, disparaissent et changent de mains en quelques secondes. L’argent, souvent sale, n’a jamais été aussi désiré. Les tabous résistent, mais les pratiques les transgressent. Illustrant une société où l’économie est reine, les artistes de l’exposition «L’Argent» dressent un panorama non-exhaustif des mille et unes façons de voir et penser la richesse.

Personne ne veut parler d’argent. Dire combien on gagne ? Ca ne se fait pas, tout simplement. Comme si l’argent n’était nulle part, alors qu’il semble être partout. Et inversement. Voilà ce que révèle, dans la deuxième salle de  l’exposition «L’Argent», une vidéo qui interroge les quidams sur leur relation à la richesse. Derrière les tabous et les fausses pudeurs, apparaissent, sous le regard des artistes, les petites mesquineries de tout un chacun, dès qu’il s’agit de compter ses sous.

Dans Slapstick # 1, Matthieu Laurette croque aussi avec malice le rapport faussement indifférent des classes aisées à l’argent. Le réalisateur laisse tomber un billet de cinq euros sous une toile de Yves Klein au centre Pompidou. Puis filme la réaction des visiteurs, qui finissent par le glisser discrètement dans leur poche.
Après tout, ne dit-on pas que l’argent trouvé n’a pas de maître ? Tout au long du parcours chronologique et thématique de l’exposition, les artistes questionnent les comportements humains et renvoient le public à une contradiction : l’argent est roi, mais les valets que nous sommes ne demandons pas mieux que de l’honorer.

Entre champagne et robes de soirée (Philippe Cazal), l’argent s’incarne aussi dans des objets, des codes et des rites. Sur les clichés de la première salle, les hommes tombent dans les bras de femmes très chics, dont la réussite sociale est clairement visible. Car même si les sommes brassées sur les places financières semblent de moins en moins matérielles, la richesse a toujours ses manifestations sociales et physiques.
Aux artistes de décoder les symboles : de la carte bleue, véritable mythe contemporain et précieux sésame dans l’accès à la consommation, aux mallettes débordant de billets verts.

Toujours tabou, l’argent n’en obsède pas moins les pensées et les sens des visiteurs. Réputé sans odeur, il a en tout cas des formes, des couleurs et des sonorités bien reconnaissables, sur lesquels les artistes jouent, jusqu’à prendre l’argent comme objet esthétique.
Les couleurs attrayantes des coupures en euros, les aléas de la bourse comme autant de courbes sinueuses à déchiffrer, sont les sources d’inspiration des œuvres plastiques.
Quant aux gestes de l’argent, ces billets pliés, froissés, caressés, ils se révèlent d’une sensualité insoupçonnée, sous le regard de la photographe Suzanne Lafont.

Les artistes n’oublient pas non plus que l’art fait partie intégrante du capitalisme financier. Dès l’accueil, le visiteur apprend que Le Baiser de l’artiste (Orlan, 2007) se monnaye cinq francs. Car comme le résume, sur une toile, un doux euphémisme, l’artiste qui crée doit aussi «tirer de l’opération des avantages pécuniaires». En proclamant que «l’art ne fait pas crédit», les auteurs multiplient les clins d’œil et montrent qu’ils ne sont pas dupes.
Dans une époque où l’obsession de la rentabilité est omniprésente, l’art se consomme aussi. D’autant qu’interroger les liens entre art et argent n’a rien de saugrenu : les billets à l’effigie de tel ou tel peintre et les contrats de mécénat en vitrine de la salle 1 sont là pour le rappeler.

Mais la lucidité n’exclut pas la critique. La salle vidéo dresse deux constats cinglants. Dans le film Rebels of the Dance de Fikret Atay, des enfants kurdes chantent face à un distributeur automatique. De l’argent à foison, qui reste inaccessible. L’argent ne peut d’ailleurs pas tout, l’actrice du film de Tracey Emin en fait les frais et son sort a valeur de morale : ce n’est pas la poignée de dollars piqués sur sa robe qui l’aidera à survivre dans un désert hostile, où la mort et les rapaces rôdent.

Martine Trittoleno et Stéphane Werner
Good business is art !. Une enquête au cœur du marché mondial de l’art (en cours de développement)
Teaser. 4 min 30 sec. Production : Novaprod owl. Diffusion prévue sur Arte.

Ben Kinmont

I need you Archive, 1991-1992. Technique mixte. Dimensions variables.

Biennale de Paris
T-Shirts et catalogues.

Joana Vasconcelos

Une direction, 2003. Acier inox et cheveux synthétiques. Dimensions variables.

Bertrand Lavier
Golden Brot, 1983. Liquitex, verre, aluminium, néon. 185 x 90 x 35 cm

Seth Siegelaub
Contrat pour la préservation des droits de l’artiste sur toute œuvre cédée, 1971. Impression sur papier. Fermé : 29,6 x 21 cm – Ouvert : 59,2 x 42 cm

General Idea
/ File /, Special Success, 1981. Magazine. 35,7 x 27,3 cm
Copyright (Leather and denim) #1, 1987. Cuir sur toile de jean, rivets en cuivre. 38 x 38 cm
Copyright (Leather and denim) #2, 1987. Cuir sur toile de jean, rivets en cuivre. 46 x 46 cm
Copyright (Leather and denim) #4, 1987. Cuir sur toile de jean, rivets en cuivre. 61 x 61 cm
Copyright (Collector), 1987. Toile de jean délavé. 38 x 38 cm
Copyright (Bleach on denim) #4, 1987. Toile de jean délavé. 61 x 61 cm
Copyright (Bleach on denim) #5, 1987. Toile de jean délavé. 68 x 68 cm
Copyright (Red) #1, 1987. Feuilles d’or sur toile de lin rouge. 38 x 38 cm
Copyright (Red) #3, 1987. Feuilles d’or sur toile de lin rouge. 53 x 53 cm
Copyright (Blue) #3, 1987. Feuilles d’or sur toile de lin bleue. 53 x 53 cm
Copyright (Red) #4, 1987. Feuilles d’or sur toile de lin rouge. 61 x 61 cm
Copyright (Curator), 1987. Toile de jean délavé. 53 x 53 cm
Untitled (Visa), 1986-1987. Acrylique et pâtes alimentaires sur toile. 101,5 x 122 cm
Untitled (Mastercard), 1986-1987. Acrylique et pâtes alimentaires sur toile. 101,5 x 122 cm
Yen Boutique, 1989 -1991. Installation : métal, peinture, textile, impression offset, sérigraphie, céramique, verre, laiton, papier, émail, plastique, nylon. 200 x 350 x 350 cm

Jessica Diamond, Sol LeWitt, Lawrence Weiner
Do It Yourself, 1993. Édition. Technique mixte. 30,8 x 25,4 x 2,54 cm

Wim Delvoye
Wim Delvoye Action Doll, 2007. Technique mixte. 37 x 17 x 40 cm

Shu Lea Cheang
Garlic Money, 2008. Billets.

Orlan
Le baiser de l’artiste, 2007. Diffuseurs de parfum et projection. Parfums crées en collaboration avec Christophe Laudamiel, IFF

Arnaud Labelle-Rojoux
Profitez-en…, 2005. Écriture à l’acrylique sur papier de couleur. 80 x 62 cm

Ouest-Lumière

Stock Exchange, 2008. Techniques mixtes. Dimensions variables.

Readymade belongs to everyone®
BackstageLe Plateau, Paris, 2008. Dimensions variables.

Marc Blondeau

3 photographies extraites des 48 photographies composant l’œuvre. Dimensions variables.

Venzano

5 photographies de extraites des 48 photographies composant l’œuvre. Dimensions variables.

Philippe Cazal

La magie du succès, 1986. 6 photographies cibachrome, Cartel en laiton gravé. 100 x 80 cm chaque
17,5 x 18,5 cm
L’art ne fait pas crédit, 1991. Adhésif. Dimensions variables.

IFP (Information, Fiction, Publicité)
Société Générale, 1984. Aluminum, tubes fluorescents, affiche, métacrylate, duratrans. 67 x 93,5 x 13,5 cm

Ernest T
Travail prétentieux, 1987. Texte sur papier photo. 2 lés de 320 x 125 cm chaque.
Le comique de répétition, en art le temps c’est pas de l’argent, 1990.
Le comique de répétition, l’argent n’a pas d’odeur, 2008. Fac-similés d’une édition de 1872

Felix Gonzalez-Torres
Untitled (Himmler, Hate, Hole, Helms), 1990. Impression offset noir sur papier rouge. Pile de feuilles de papier. 71 x 60 x 56,5 cm
Untitled (Bloodworks), 1989. Dyptique de dessins. Crayon rouge et graphite sur papier. 44 x 36 cm chaque

Gilles Mahé
Gratuits, 1979-1994. Éditions. Dimensions variables.
Déjà-vu, 1981-1985. Éditions. Dimensions variables.
Gilles Mahé & associés SA, 1990. Extrait de la documentation. Dimensions variables.
Ventes APAC, 1982. Documentation des transactions. Photocopies originales avec mentions manuscrites. Dimensions variables.
Gilles Mahé & Associés S.A., 1990. Documentation.
Art / Gens, 1990-1991. Extrait de la documentation et œuvres (photocopies originales).

Fikret Atay
Rebels of the Dance, 2002. Vidéo transférée sur DVD. Couleur, son. 10 min 52 sec.

Tracey Emin
Sometimes the Dress is worth more Money than the Money, 2000-2001. Vidéo transférée sur DVD. Couleur, son. 4 min.

Matthieu Laurette

— Slapstick # 1 (Money), 2003-2006. Vidéo transférée sur DVD . Avec la participation de James Goodin. 6 min
— € vs $ (Euros versus Dollar), 2001-2008. Wall painting in progress (graphique annuel du taux de l’Euro en Dollar au jour de la réalisation). Dimensions variables

Santiago Sierra
Le Couloir de la maison du peuple, Bucarest, Roumanie. Octobre 2005. Vidéo transférée sur DVD. 16 min

Marylène Negro
Le Cadeau, 1997. 3 / 24 photographies couleur sur aluminium. 40 x 60 cm chaque
Le Cadeau, 2008. Flyers sur papier jaune. 21 x 14,5 cm

Sylvie Fleury
Untitled, 2008. Bronze. 40 x 50 x 11 cm

Thomas Hirschhorn
Swiss made, 1999. Carton, papier aluminium, feutre, bois, plastique, film transparent. 230 x 50 x 5 cm

Claire Fontaine
Untitled, 2007. Peinture laquée et en bombe sur panneau. 40 x 30 x 3 cm
Untitled, 2007. Peinture laquée et en bombe sur panneau. 40 x 30 x 3 cm
Untitled, 2007. Peinture laquée et en bombe sur panneau. 22 x 20 x 2,5 cm
Instructions for the Sharing of the Private Property, 2006. Vidéo transférée sur DVD. Couleur, son. 45 min 23 sec.

Sophie Calle & Fabio Balducci
Cash Machine, 2003 (5 séries). Photographies noir et blanc sur aluminium. 30 x 40 cm chaque

Dana Wyse
Acme Vending Machine Company, (A Subsidiary of Jesus Had a Sister Productions), 2008. Distributeurs automatiques, matériaux divers. 35 x 140 cm chaque

Olga Kisseleva
Le Miroir de Troll, 2008. Miroir thermoformaté, texte. 100 x 100 cm

Michel François
Corner Treasure, 1994. Carton doré. Dimensions variables

Adel Abdessemed
Kamel, 2005. Photographie couleur. 77,5 x 103 cm

Antoni Muntadas
On Translation : The Bank, 1997-2002. Photographie cibachrome. 89,5 x 68 cm

Claude Closky
200 euros (10 x 20 €), 2002.Photographie couleur, marqueur gouache. 32 x 24 cm (43 x 35 cm avec cadre).
200 euros (10 x 20 €), 2002. Photographie couleur, marqueur gouache. 32 x 24 cm (43 x 35 cm avec cadre).
200 euros (10 x 20 €), 2002. Photographie couleur, marqueur gouache. 32 x 24 cm (43 x 35 cm avec cadre).
300 euros (6 x 50 €), 2002. Photographie couleur, marqueur gouache. 32 x 24 cm (43 x 35 cm avec cadre).
300 euros (10 x 20 € + 2 x 50 €), 2002. Photographie couleur, marqueur gouache. 32 x 24 cm (43 x 35 cm avec cadre).
500 euros (10 x 20 € + 6 x 50 €), 2002. Photographie couleur, marqueur gouache. 32 x 24 cm (43 x 35 cm avec cadre).
500 euros (10 x 50 €), 2002. Photographie couleur, marqueur gouache. 32 x 24 cm (43 x 35 cm avec cadre).
500 euros (10 x 50 €) # 4, 2002. Photographie couleur, marqueur gouache. 32 x 24 cm (43 x 35 cm avec cadre).
700 euros (10 x 20 € + 10 x 50 €), 2002. Photographie couleur, marqueur gouache. 32 x 24 cm (43 x 35 cm avec cadre).
700 euros (4 x 50 € + 1 x 500 €), 2002. Photographie couleur, marqueur gouache. 32 x 24 cm (43 x 35 cm avec cadre).
3000 euros (15 x 200 €), 2002. Photographie couleur, marqueur gouache. 32 x 24 cm (43 x 35 cm avec cadre).
5000 euros (10 x 500 €) # 1, 2002. Photographie couleur, marqueur gouache. 32 x 24 cm (43 x 35 cm avec cadre).

Malachi Farrell
Money Money, 2000. Installation. Technique mixte

Michel Journiac

Mur d’argent, 1995. Briques de verre, pièces de monnaies. 180 x 100 cm
Papier monnaie, le mur de l’Argent, 1995. Impression couleur. 92 x 72 cm

Et n’est-ce* & / et
Tract art, 1976. Pile de feuilles. 29,7 x 21 cm

Claude Rutault
Travail Intermédiaire, 1996. Panneau accroché sur le balcon du bureau de Ghislain Mollet-Viéville, au 52 rue Crozatier 75012 Paris à partir de septembre 1996 (le premier panneau avait été placé sur la façade de l’immeuble du 26 rue Beaubourg 75003 Paris à partir de janvier 1982). Feuille de papier monté sur châssis de bois. 75 x 110 cm

Kris Martin

Idiot II, 2006. Pièce en or, 21 carats.

Cildo Meireles

Inserçoes em circuitos ideologicos : projeto Cédula, mai 1970. Billets de banque. 61 x 46,5 cm
Impression offset sur papier avec textes et slogans imprimés au tampon à l’encre.
Zero Dollar, 1984. Impression. Copie d’un billet de 10 dollars. 15,5 x 6,8 cm

Moyra Davey
Copperheads, 1990. 9 photographies couleur. 53 x 63 cm

Gabriel Orozco
Ocre Peso, 2001. Collage : billets, acrylique, graphite. 45 x 37,5 cm

Hans-Peter Feldmann
One Dollar Bill with Red Nose, 2008. Billet d’1 dollar. 6,5 x 15,5 cm

Edward Kienholz & Nancy Reddin

For $247.00, 1990. Aquarelle, encre et empreinte digitale sur papier. Cadre en tôle zinguée et verre
30,5 x 40,5 cm

Moyra Davey
Vignettes, 1989. 9 photographies couleur. 53 x 63 cm

Sigmar Polke
Sans titre, 1988. Billet de banque. 8,5 x 17 cm (20 x 39 cm avec cadre)

Zoe Leonard
One Hundred Dollars, 2000-2008. 100 billets de 1 dollar, punaises. 15,6 x 6,5 cm chaque

David Hammons
Money, 1989. Tissu, plastique, peinture dorée, pièces de monnaie, papier. 121 cm

Cady Noland
Eveready, 1992. Technique mixte. 30 x 48 x 33 cm

Josephine Pryde
Credit Cards (2 Hands Golden Marbles), 2004. C-print. 39 x 29 cm

Fabien Hommet
O.P.A.(Où est passé l’argent ?), 1998. Pile de feuilles de papier. 21 x 29,7 cm

Société Réaliste
Marka, 2008. Installation. Technique mixte.

N.E. Thing Co (Iain Baxter&)
Suite of Canadian Landscapes, 1969. 8 billets de banque de plusieurs valeurs montés et encadrés. 28 x 36 cm chaque
Monopoly with real money, 1973. Partie organisée à York University, Toronto. Compte-rendu dans le Toronto Dominion Bank Note, juin 1973.

Reena Spaulings
Money Painting (50 Euros), 2005. Technique mixte sur toile. 91 x 178 cm

Gloria Friedmann
Nous sommes les antiquités de demain, 2003. Moquette imprimée, ossements
433 x 350 cm
Tableau vivant : Money makes the World go Round, 2005. Tirage numérique. 50 x 100 cm

Cesare Pietroiusti & Paul Griffiths
Eating Money-An Auction, 2007. Vidéo transférée sur DVD et billets de 500 euros et 5 euros. 4 min. Dimensions billets : 7,5 x 14,5 cm et 5,8 x 11,3 cm

Suzanne Lafont

L’argent, 1991. Ensemble de 6 photographies. Tirages noir et blanc argentique. 120 x 100 cm chaque

Louise Lawler
Blue Nail, 1990. Photographie cibachrome. 101,6 x 127 cm
Condition of Sale, 1990. Photographie noir et blanc. 74 x 84,5 cm

Taroop & Glabel
Oui… au revoir !, 2008. Vénalyne sur bois. 90 x 130 cm

Julietta Aranda
¥e$ (Yes), 2008. Peinture.

Tania Bruguera
Objet de désir (Vendre Cuba), 1997-2008. Action performative : téléphones portables, cartes téléphoniques internationales, photographies, argent, documents.