PHOTO | EXPO

Konverzacie, retour sur résidences

15 Jan - 15 Fév 2014
Vernissage le 14 Jan 2014

L’exposition «Konverzacie» est née d’un échange entre Les Ateliers de l’Image à Marseille et le PhotoArt Centrum de Kosice en Slovaquie. Elle présente les travaux des cinq photographes français accueillis en résidence à Kosice et documentent leur découverte respective de la ville.

Suzanne Hetzel, Anne Loubet, Flore Gaulmier, Pascal Grimaud, Gilles Pourtier
Konverzacie, retour sur résidences

Lorsque Kosice et Marseille ont été désignées toutes deux capitales européennes de la culture pour l’année 2013, le PhotoArt Centrum à Kosice et Les Ateliers de l’Image à Marseille ont convenu de travailler ensemble.

Un échange est mis en place entre les deux villes. Les photographes slovaques découvrent Marseille, tandis que les photographes français, mènent une exploration personnelle, voire intimiste, de Kosice et de ses abords.

L’exposition «Konverzacie» à La Traverse présente cinq séries photographiques, résultats d’un dialogue entre cinq photographes français et un territoire. Outre leur dimension documentaire, ces images sont intéressantes par la différence de traitement qu’elles réservent à l’étude photographique de lieux citadins ou périurbains. A travers un point de vue, une sensibilité, un style, des obsessions, chacun a su s’approprier cette ville a priori inconnue.

Suzanne Hetzel réalise des compositions photographiques à partir de récits qu’elle recueille auprès des personnes qu’elle rencontre dans les lieux où elle est invitée. Dans ces compositions, il est souvent question d’habitations et du cours pariétal de notre mémoire. Des documents d’archives, des images d’amateur et des objets se joignent régulièrement aux photographies exposées.

«Ce qui m’a le plus étonnée lors de mon séjour slovaque ce sont les points de résonance avec la culture allemande dont je suis originaire: que cela soit pour la porcelaine de Karlsberg, le cristal de Bohême, les graines de pavot dans la pâtisserie ou simplement la façon de se saluer. Mon travail photographique joue de cette question de résonance avec notre mémoire individuelle et collective sous forme de composition d’images et d’objets.»

Anne Loubet réalise reportages et portraits pour des institutions, des agences de communication et des maisons d’éditions. En parallèle, elle développe un travail personnel qui s’articule autour de lieux clos et interroge l’interaction de l’espace et des individus. Elle questionne notamment la place et l’image des personnes âgées dans nos sociétés. «La série se propose comme une déambulation urbaine avec ses temps d’arrêt. J’ai erré dans la ville en me fondant aux habitants, marquant la pose avec des portraits au hasard des rencontres. Kosice m’a plu par ses contradictions, entre sa nature villageoise, sa rigueur soviétique et ses fantaisies colorées. Les images résultent de mes promenades quotidiennes dans les multiples quartiers de la ville.»

Après des études de photographie, Flore Gaulmier effectue plusieurs voyages en Europe centrale et devient photographe indépendante. Pour elle, la photographie reste le seul moyen de voir et de comprendre l’évolution de notre environnement, d’en garder une trace. «A mon arrivée à Kosice en juillet 2010, je suis allée à la découverte de la ville, de son centre et de ses auteurs. Ensuite, j’ai souhaité reprendre un travail commencé à Prague: photographier les vitrines la nuit. Elles représentent de véritables mises en scène, parfois fantasmagoriques.»

Après avoir travaillé pour une agence de presse, Pascal Grimaud a voyagé successivement à Madagascar, Cuba, en Haïti, Roumanie, au Venezuela et en Afrique de l’Ouest. «A Kosice, j’ai aimé l’étendue de l’espace, de la verdure, de la nature, dans les banlieues et villages autour de la ville. La ville est quasiment absente de mes photos, y figurent juste des gens et de l’espace, des fragments d’émotions, des moments indéfinissables qui ont attiré mon attention, fragments perdus de souvenirs lointains… Elles parlent plus de moi que de Kosice, finalement… ».

Gille Pourtier développe un travail qui allie photographie, multimédia et vidéo. «Je suis arrivé à Kosice la nuit du 4 juillet 2013. Je n’ai pas vu la ville apparaître et m’y suis réveillé pour deux mois parmi la chaleur de l’été. On m’a parlé des usines métallurgiques, de Lunik 9, du lac de Bukovec et de l’autre capitale européenne qui se trouvait à l’autre bout de l’Europe, à la fin de l’Europe avec l’Ukraine à quelques kilomètres. On m’a parlé des montagnes Tatra, Matra et Fatra qui figurent sur le drapeau slovaque, on m’a parlé du zoo et des murailles de la ville, de la Hongrie et du passé complexe en abordant le présent qui l’est lui aussi.»

En partenariat avec le réseau Marseilleexpos.

Vernissage
Mardi 14 janvier 2014 à 18h