ART | EXPO

Imprimer le monde

15 Mar - 19 Juin 2017
Vernissage le 15 Mar 2017

L’exposition « Imprimer le monde » au Centre Pompidou réunit des créations d’artistes, d’architectes et de designers qui ont pour dénominateur commun l’impression 3D. On mesure à travers ces œuvres combien les nouvelles technologies numériques ont transformé la pratique de l’art, de l’architecture et du design.

L’exposition collective « Imprimer le monde » au Centre Pompidou explore à travers des œuvres d’artistes, d’architectes et de designers les bouleversements qu’ont entraînés les nouvelles technologies numériques dans la conception et la fabrication des objets.

Des œuvres d’artistes, d’architectes et de designers qui ont pour dénominateur commun l’impression 3D

Les œuvres d’une quarantaine de créateurs issus du champ artistique, architectural ou du design sont réunies autour d’un questionnement sur la façon dont les technologies numériques ont transformé la pratique dans ces trois domaines. L’exposition met en lumière un nouveau type d’objets qui sont apparus dans la création artistique et qui ont pour dénominateur commun l’impression 3D. Elle étudie les mutations formelles que cette apparition entraîne dans une matérialité devenue numérique.

Dans le domaine artistique, la question des nouveaux modes de représentation nés avec numérique nourrit la démarche de plusieurs créateurs qui s’intéressent au statut de l’image et aux frontières entre le réel et le virtuel. C’est le cas des bustes en impression 3D de Jon Rafman qui évoquent autant les archétypes anciens que l’hypertechnologie. L’impression en trois dimensions d’images numériques par Achraf Touloub engage une interrogation sur la façon dont elles circulent. Chez Morehshin Allahyari, les artefacts numériques en 3D deviennent des outils de réparation de l’histoire en reconstituant des monuments détruits pendant la guerre en Syrie.

L’impression 3D a profondément modifié les processus de conception et de fabrication des objets

L’impression 3 D a également profondément modifié la pratique des designers comme en témoignent les conceptions de Joris Laarman, qui prévoit d’imprimer cette année un pont en métal à Amsterdam. Les logiciels de simulation numérique et les langages de programmation permettent aux designers de créer des dispositifs complexes et innovants. Dans ce contexte, l’impression 3D se conjugue aux savoir-faire artisanaux. Ainsi, Olivier Van Herpt crée lui-même des fichiers numériques et des machines grâce auxquels il imprime en trois dimensions des objets de design qui imitent et dépassent les objets artisanaux, comme ses Sediment Vases réalisés en impression 3D de céramique.

L’architecture enfin, fut un domaine pionnier en matière d’utilisation des technologies numériques. Celles-ci ouvre la possibilité de nouveaux processus de conception et de fabrication que les architectes testent par des prototypes et différents matériaux : du béton chez EZCT Architecture and Design Research, la céramique chez Jenny Sabin et des matières synthétiques chez Neri Oxman et Alisa Andrasek. L’installation Grotto II de Michael Hansmeyer et Benjamin Dillenburger, dont le foisonnement de détails ornementaux est le fruit de calculs algorithmiques, exploite jusqu’à ses limites le potentiel de conception et d’impression 3D.