Cette page a été un peu chahutées en passant de l’ancien au nouveau site, les corrections sont en cours.  
Non classé

From a global world

17 Jan - 15 Mar 2003

Le regard de deux artistes sur la mondialisation avec The Phone Project, une expo de photos de Martin Parr et Marweb, une installation vidéo et photo de Noëlle Pujol.

Communiqué de presse
Martin Parr et Noëlle Pujol
From a global world

Entre 1998 et 2002, Martin Parr a voyagé en Europe, à Hong Kong, au Japon, aux Etats-Unis, au Sénégal et dans d’autres pays. L’objet du regard du célèbre photographe de la middle-class britannique est le téléphone cellulaire.
Sa pénétration dans tous les pays du globe, dans toutes les classes sociales et son utilisation dans des lieux et des situations insolites donnent à Martin Parr l’occasion d’affirmer son talent de satiriste social.
Observateur amusé de la mondialisation, il réalise un série de portraits riches en couleurs, avec le don d’isoler des détails qui deviennent le centre même de la photographie.

Entre le sublime et la satire, Parr promène son œil affûté dans la rue, sur les champs de course ou dans le métro. Toujours proche de son sujet, avec des clichés d’une haute définition et saturés de couleurs, il témoigne de la mondialisation, de l’économie et du comportement quotidien des hommes et des femmes qui la vivent, revendiquant la subjectivité de son regard.

Noëlle Pujol: Marweb
Espace Wavrin experiments

Parallèlement à la série photographique des téléphones portables de Martin Parr, Noëlle Pujol présente Marweb, une installation composée de quatre vidéos sur moniteurs, d’une vidéo projection et de photographies. Réalisé au Maroc en 2001, l’ensemble met en évidence les contradictions propres aux échanges économiques du monde contemporain. Chaque œuvre de l’exposition confronte, à des niveaux différents, la persistance d’une tradition locale marquée par la main de l’homme aux signes d’une économie globalisante réglée par les technologies de masse.

Sur l’une des vidéos, des chameaux, symboles de nomadisme et néanmoins attachés à un territoire, se nourrissent dans des mangeoires faites à partir de barils Shell et Fina recyclés.
Dans la vidéo projection montrée dans la petite salle, la présence humaine est réduite à un moignon que guide la souris d’un ordinateur d’un café internet local, tandis que derrière la fenêtre labellisée du signe Windows la population locale poursuit ses activités quotidiennes.

Le projet Marweb est montré pour la première fois à Paris. Issu d’un processus de montage terminé fin 2002, il a été conçu au Maroc en mars 2001 dans le contexte d’un workshop organisé par le programme hors les murs du Palais de Tokyo Le Pavillon.
Inscrivant son travail dans ce voyage collectif, tout en rejetant la position de l’artiste-touriste en quête d’images dépaysantes, Noëlle Pujol a observé et juxtaposé certains gestes et détails révélateurs des rapports entre identité culturelle et exotisme, mobilité et frontières économiques, corps humain et technologie.

AUTRES EVENEMENTS Non classé