ART | EXPO

For I Was Like One Dead, Like a Small Ghost, a Little Cold Air Wandering and Lost

24 Oct - 25 Nov 2006
Vernissage le 21 Oct 2006

Le nouvel ensemble de sculptures minimales noires du duo d’artistes américains prolonge leur exploration continue de métaphores dérivées de sources artistiques contemporaines, qu’ils puisent dans le cinéma, la littérature ou les cultures glam et disco, et combinent avec la mise en scène de théâtre et la performance.

Delia Gonzalez et Gavin Russom
For I Was Like One Dead, Like a Small Ghost, a Little Cold Air Wandering and Lost

L’exposition «For I Was Like One Dead, Like a Small Ghost, a Little Cold Air Wandering and Lost» traite du mythe d’Orphée et de sa descente au royaume des morts et propose une scénographie possible pour l’opéra Orfeo de Luigi Rossi, créé en 1647, interprétation baroque du mythe. En liant ce thème du voyage initiatique à la signification des dates de l’exposition (entre l’équinoxe d’automne et le Samhain, le nouvel an celte qui était fêté le 31 octobre, période où le voile entre les vivants et les morts est le plus ténu), l’installation offre une possibilité d’accroître le pouvoir et l’intuition individuels dans ces moments de ténèbres et de vide.

Dans le contexte d’une exposition, les sculptures de Gonzalez et Russom, ainsi dotées de références métaphoriques à des sources mythiques ou occultes, se dédoublent souvent en objets d’intérieur, comme des coiffeuses ou des chaises longues, dans lesquelles se confondent les notions du rituel et du domestique. Dans l’exposition présente, pour laquelle la galerie est peinte en noir, une arcade cintrée en formica (qui figure le passage d’Orphée vers les Enfers) forme aussi un trône. Des niches encastrées dans la surface de formica contiennent des lumières fluorescentes. Qu’elle soit artificielle ou solaire, la lumière agit comme une force primitive qui nous rappelle également la nature double de ces constructions formelles. Des boucles sonores hypnotiques, émises par de soyeux synthétiseurs placés à la surface de fontaines stylisées en formica noir, soulignent la quête des artistes d’une matière contemporaine et de formes ambiantes pour créer un environnement dans lequel la transcendance humaine devient possible.

Delia Gonzalez et Gavin Russom travaillent ensemble depuis 1998. Leur production se déploie dans les domaines de la sculpture, de l’installation, de la musique et de la performance. Ils créent aussi des figures soigneusement façonnées en forme de talismans – grains de raisins rouges pailletés (un ancien symbole de fertilité), déités afro-cubaines, têtes coniques aux yeux et à la bouche en coquillages – comme autant de reconstitutions de sources de la magie. Par ailleurs, ils produisent séparément des dessins et des collages, et ont créé ensemble les groupes de performance Fancypantz et Black Loetard Front avec l’artiste Christian Holstad à New York. Le label new-yorkais DFA a édité plusieurs de leurs CD.

Article sur l’exposition
Nous vous incitons à lire l’article rédigé par Etienne Helmer sur cette exposition en cliquant sur le lien ci-dessous.

critique

For I Was Like One Dead, Like A Small Ghost, A Little Cold Air Wandering And Lost