ART | FESTIVAL

Festival Plastique Danse Flore

19 Sep - 21 Sep 2014
Vernissage le 19 Sep 2014

L’identité pour thème, le festival Plastique Danse Flore accueille une douzaine de chorégraphes, des musiciens et des plasticiens, dans un cadre unique et prestigieux : le potager du roi. Le temps d’un week-end, une programmation éclectique et des événements en continu organisent la rencontre, tout en sensibilité, entre la danse et le paysage naturel.

Yaïr Barelli, Gilles Bruni, Gilles Clément, Marcelline Delbecq, Rémy Héritier, Jacques Hoepffner, Sophie Laly, Carole Perdereau, Cécile Proust, Anabelle Pulcini, Bruno Tanant, Françoise Tartinville, Amaia Urra
Festival Plastique Danse Flore, 8e édition

La question de l’identité est au cœur de cette huitième edition. Avec Femmeuses la chorégraphe Cécile Proust interroge depuis plusieurs années la place de la femme dans l’art et dans la cité. Femmeuses en ville, présentée sur le festival, est une installation vidéo, co-signée avec Jacques Hoeppfner, composée de plusieurs portraits de femmes dans leur rapport à l’espace public. En avril, Cécile Proust poursuivra ce travail avec une performance dansée intitulée Femmeuses#28, ensemble qui rassemblera une quinzaine de versaillaises autour de la question de l’être ensemble, au féminin. La chorégraphe Françoise Tartinville questionne quant à elle le masculin et ses représentations dans sa dernière création Polder Émulsion Cobalt. Annabelle Pulcini convoque dans Deux ou trois bagues au doigt une communauté de quatre individus et les jeux identitaires qui les animent. Carole Perdereau, hantée par le texte L’assaut du sabre ondulant d’Henri Michaux, bataille avec le dédoublement de personnalité dans L’Assaut.

La manifestation interroge également notre vision du monde. Le paysagiste Gilles Clément vient partager avec le public ses expériences et ses réflexions sur la Nature. Naturalire, une exposition photographique, en propose une lecture singulière. Le chorégraphe Rémy Héritier et le musicien Éric Yvelin développent dans le duo Percée Persée une danse située polyphonique qui révèle les strates non visibles à l’oeuvre dans toute création. La performeuse Amaia Urra conduit le public en herborisant dans le Potager et ses alentours au rythme d’une mélopée scientifique et joyeuse. Le paysagiste et plasticien Bruno Tanant interroge notre lecture du site avec une installation que le public est invité à perturber. La plasticienne Sophie Laly propose avec son installation vidéo Fading #3 un paysage sensible qui nous est révélé à la tombée de la nuit…Yaïr Barelli, que le public a pu découvrir en avril dernier, revient sur le Potager avec une nouvelle création, Sur l’interprétation / titre de l’instant, pour laquelle il collabore avec des étudiants de l’École nationale supérieure de paysage. Enfin la plasticienne Marcelline Delbecq fera une lecture de Paréidolie, un roman écrit à partir d’un diaporama de Robert Barry, qui fonctionne par séquences, convoque des images, les efface et recommence…

Le Potager du Roi est à nouveau le cadre de cette huitième édition. Les artistes l’investissent, le révèlent, le bousculent. Ils nous interpellent, nous provoquent, nous transportent. Le temps d’un week-end le jardin est le monde, le monde est un jardin.