DANSE | FESTIVAL

Festival Petites Formes (D)cousues #6. Jours 1 & 2

28 Mai - 31 Mai 2015
Vernissage le 28 Mai 2015

Pour sa sixième édition, le festival des Petites formes (D)cousues au Point Ephémère s’ouvre à d’autres champs que la danse, à des performances théâtrales et littéraires. Offrant une scène alternative à des artistes souvent inclassables, le festival compte une quinzaine de propositions qui explorent le corps, le désir et l’intimité sous toutes ses coutures.

Margaux Amoros & Cécile Brousse, Mathieu Boisliveau, Sylvère Lamotte, Tommy Milliot & Sarah Cillaire, Florian Sicard & Yan Wagner, Nans Martin
Festival Petites Formes (D)cousues #6. Jours 1 et 2

Le festival est l’occasion pour de jeunes interprètes de présenter leurs tous premiers projets, après avoir passé un temps de résidence à Point Éphémère. À l’image de ce lieu, ce festival est un moment dont s’emparent les artistes pour proposer des créations, souvent hybrides, décalées, intimes, qui mettent les corps dans tous ses états: le corps dansant, le corps chantant ou encore le corps lisant.

Jeudi 28 mai (Jour 1)

Mathieu Boisliveau (cie kobal’t), Mars d’après Fritz Zorn
20h / Théâtre / 1h15 (entrée libre)
Notre fiction part d’une invitation. Vous public, êtes convoqués à l’oraison funèbre orchestrée par un vivant. Un homme seul, face à la mort, s’ouvre, se regarde et s’exprime avec la volonté d’atteindre la clarté en passant par le feu.
Sylvère Lamotte (cie lamento), Ruines
20h / Danse / 45 min
L’opposition, la rencontre, entre le Beau et le Violent inspire la première création de la compagnie Lamento. Une immersion pour deux danseurs qui tendent à sublimer la violence.
Florian Sicard & Yan Wagner, Pochette surprise #2
21h / Performance & dj set / 4h
Florian Sicard est déguisé en cosmonaute étrange et lumineux. Il atterrit à Point Éphémère lors une soirée où Yan Wagner est aux platines. Un dispositif qui filme les humains en train de regarder l’artiste est mis en place. Cette fête/performance est également une manière de rappeler que la danse est un mode de communication.
Nans Martin (Les Laboratoires animés), Parcelles
21h30 / Danse / 3 x 20 min
Parcelles ne délivre pas un message mais une vision. Celle de toujours faire du plateau un lieu perméable au monde où se hasarde la syntaxe d’une danse poétique et politique.

Vendredi 29 mai (Jour 2)

Tommy Milliot & Sarah Cillaire (cie Man Haast), Que je t’aime
19h / Théâtre / 50 min
Que je t’aime met en scène l’amour violent de Phèdre. En transposant le mythe dans l’espace d’une salle de sport, cette proposition renoue avec la figure originelle d’Hippolyte, voué au culte de son corps, obsédé par son idéal de pureté, méprisant les couples et refusant l’amour.
Margaux Amoros & Cécile Brousse |(cie abscisse & ordonnée), Plan d’évasion
20h30 / Danse / 45 min
Au commencement il y a un désir brut. Le désir de danser. Le mouvement de ce désir s’incarne dans l’imaginaire de deux fuites qui se croisent et se transforment. Plan d’évasion joue avec les sens et le moteur, le sensuel et la machine.