PHOTO | EXPO

Exposition personnelle Knut Åsdam

07 Sep - 09 Sep 2006

A travers le film, la vidéo, les photographies, le son, l’installation, Knut Åsdam développe un travail sur les relations qu’entretient l’homme avec la ville. Il présente deux films associés à deux vidéos un peu plus anciennes, ainsi qu’un ensemble de photographies issues de la série Blissed.

Finally (2006) «explore les frontières» entre un film narratif et une discussion sur un lieu historique. Ce film a été tourné dans un lieu historique (Salzburg, Autriche). Les trois caractères principaux combattent violemment et de façon récurrente dans le film mais aucune narration ne vient nous expliquer cette violence ; elle semblerait plutôt être liée aux lieux contemporains mais empreints d’un lourd passé historique. Le film repose davantage sur un jeu entre un placement spatial et architectural, et les manières de langage utilisées par les protagonistes, plutôt que sur une histoire linéaire et narrative.

Blissed (2005) suit quatre personnages dans un environnement urbain. Le film repose sur deux axes : la relation d’amitié qui se manifeste à travers le langage, et l’économie qui se manifeste à travers l’environnement, l’architecture et les manières de langage. Dans le film, les dialogues et l’environnement semblent être indépendants, mais ils sont en fait étroitement entremêlés. Blissed est construit sur une série d’actions, de pauses, de coupures, de transitions.

Dans ces deux films, Knut Åsdam explore l’impact de l’environnement urbain sur la liberté individuelle. L’environnement est pour lui «comme la conjonction du social, du personnel, du paranoï;aque et du public».

Come to your Own (1993) ou les possibilités hypnotiques de la vidéo.
Dans cette pièce, l’artiste apparaît habillé de noir, assis dans une pièce blanche, vide, répétant sans fin la même phrase. Cette phrase «pseudo-hypnotisante» invite le spectateur à entrer dans l’espace, à prendre conscience de sa présence physique : les relations établies entre un spectateur et le sujet d’un film, d’une vidéo. Il ne s’agit pas simplement de répéter un texte (au sens de «mis en boucle»), mais plutôt d’une répétition rituelle.

Untitled : Pissing (1995) évoque de façon simple la masculinité et la sexualité sans être «phallocentrique». Le spectateur doit alors se poser la question : de l’érotique ? du pervers ? …

Article sur l’exposition
Nous vous incitons à lire l’article rédigé par Béatrice Chassepot sur cette exposition en cliquant sur le lien ci-dessous.

critique

Finally vs Blissed

AUTRES EVENEMENTS PHOTO