ART | EXPO

Et la fatigue… Et la passion… de Stéphane Calais

26 Mar - 24 Avr 2005
Vernissage le 26 Mar 2005

Elaboration d’une grammaire de références littéraires et visuelles jouant avec le contexte de l’oeuvre. Les fonctions des espaces du centre d’art se déréalisent sous le coup des récits relatés. Peintures, dessins, wallpaintings ou sculptures.

Communiqué de presse
Stéphane Calais
Stéphane Calais Et la fatigue… Et la passion…

Stéphane Calais s’empare des récits que les lieux de ses interventions (centres d’art, galeries, musées…) portent en germe. Ainsi, il élabore une grammaire de références littéraires et visuelles jouant avec le contexte de l’oeuvre. La logique de relation de son travail argumente en faveur d’un supplément d’âme aux lieux qu’il occupe. Cette logique est un terrain de luttes et de déconstructions : les fonctions des espaces se déréalisent sous le coup des récits relatés. L’œuvre de Stéphane Calais creuse l’écart dans lequel les relations s’accomplissent. Son empreinte est déterminante et il s’agit bien de l’invention d’un paysage. Ses propositions sous forme de peintures, dessins, wallpaintings ou sculptures, intègrent le bâtiment et traitent de leur rapport au lieu, tout en se plaçant en auxiliaire.

«Et la fatigue… Et la passion…» est une révélation et une pédagogie. L’exposition à Point Éphémère distille différents récits tout en énonçant ses propres procédures d’écriture, et réfléchit des problématiques forces du centre d’art à la fois résidence artistique, salle d’exposition, salle de concert, café-restaurant : à savoir, comment arrive l’événement et comment il se dissipe en divertissement.

Dans l’espace de Point Éphémère se côtoient plusieurs fictions. Stéphane Calais nous laisse le choix des récits et l’unique voix du narrateur, Frédéric Mitterrand, compose avec autorité une discipline à laquelle répond le portrait de la famille Calais (Stéphane, sa femme, ses deux enfants) dessiné par Floc’h.

«Et la fatigue… Et la passion…» propose une multitude d’entrées transfigurant mythes et signes afin de combiner un ensemble d’états émotionnels. Le wallpainting en motif d’Arlequin prévient dès l’entrée de l’espace que Stéphane Calais travaille l’endroit du réenchantement. Son entreprise est un travail de traduction, n’oubliant pas que les versions du monde sont liées au potentiel des capacités et des usages que mobilisent nos productions symboliques et que le monde réel se nourrit en permanence de ces enrichissements qui en étendent la portée. ?

«Et la fatigue… Et la passion…» est une proposition dans laquelle intervient Mathieu Baillot, musicien, pour la réalisation d’un cd audio qui sera prochainement édité; de même un fanzine réalisé par Catherine Hershey, Violette Nouailhac, Pauline Nunez, sera à disposition.

Stéphane Calais?
Stéphane Calais vit et travaille à Paris. Il est représenté par la Galerie Nelson, Paris.

critique

Et la fatigue… Et la passion…