ART | EXPO

Eclipses

27 Mar - 05 Mai 2007

«Eclipses» est le titre donné à un cycle de peintures (huiles sur cire d’abeille) et de dessins (gouaches, graphites sur papier japonais) qui explore le phénomène du papillon comme image de l’insaisissable.

José María Sicilia 
Eclipses


Les travaux de Sicilia mêlent habilement une approche poétique et une réflexion sur la forme. On peut parler d’une «recherche du coeur de la peinture»(2), et cette recherche, l’artiste la mène à travers une étude toujours plus poussée de la relation qui existe entre la lumière et la matière de l’oeuvre. En effet, après «La Luz que se Apaga», la série «Eclipses» est l’expression de cette lumière fugace, toujours centrale dans la quête de José María Sicilia, lequel s’obstine à approcher l’insaisissable mystère de la mort.

Les voyages de l’artiste, notamment ceux effectués dans les pays arabo-musulmans et orientaux en général, nourrissent son inspiration. L’intérêt qu’il porte à cette culture se traduit dans son œuvre, par l’utilisation de motifs et matériaux à consistance spirituelle. José María Sicilia croit fortement à la continuité des échanges comme langage de demain.

«Pour Sicilia, la cire d’abeille est devenue un matériau indispensable dans son dialogue pictural avec la lumière ; le degré d’intensité que possède cette substance lumineuse, non seulement en mémoire de son versement liquide sur la surface de la peinture, mais aussi de par la manière dont elle reçoit la peinture et réfléchit la lumière, créant ainsi un espace vide en son sein.»(2)

Dans Las Mil Noches y una Noche, Alicia Chillida raconte : «Sicilia hiberne à Paris, et il fait ses dessins pendant la froide saison; cependant, ses grandes et lumineuses peintures émergent au printemps et à l’automne. Il semble donc que son rythme de production soit en accord avec les cycles de la nature, la moisson, la migration des oiseaux, le monde microscopique des insectes. Comme s’il y avait eu un échange profond entre le macrocosme et le microcosme, entre le rêve et l’éveil.»
(2) Alicia Chillida, Las Mil Noches y una Noche, dans Las Mil y Una Noches, de José María Sicilia, Enrique Morente et Juan Goytisolo, éditions Centro Atlántico de Arte Moderno (CAAM), 2005-2006.

Article sur l’exposition
Nous vous incitons à lire l’article rédigé par Julia Peker sur cette exposition en cliquant sur le lien ci-dessous.

critique

Eclipses