ART | EXPO

Divers faits

21 Jan - 27 Fév 2011
Vernissage le 21 Jan 2011

A travers ses photographies, Olga Kisseleva questionne les télescopages entre les histoires culturelles de l’alimentation quotidienne du régime soviétique et des sociétés capitalistes.

Communiqué de presse
Olga Kisseleva
Divers faits

Depuis les années 1990, Olga Kisseleva développe une oeuvre protéiforme (nouvelles technologies, vidéo, photographie, installation, performance…) traversée par des constats et interrogations sur l’état du monde. Ses oeuvres, souvent élaborées selon une méthodologie scientifique, traitent des problématiques sociétales, identitaires, territoriales, artistiques et intellectuelles rattachées aux sociétés post-modernes.

L’exposition « Divers Faits » présentée à La Criée propose de découvrir un ensemble de propositions artistiques inédites associées à la sémantique alimentaire. L’espace d’exposition principal accueille une série de 50 photographies de natures mortes contemporaines, chacune associée à une histoire courte.

Les références historiques de cet ensemble se situent dans la peinture hollandaise du XVIIe siècle qui contient un véritable répertoire d’allégories visuelles, où chaque nature morte dissimule une «deuxième ligne» de sujet raconté à travers toutes sortes de denrées.

Par ailleurs, chaque pièce de la série est aussi une histoire, qui se lit à travers les multiples significations sémiotiques et émotionnelles propres à chacun des objets présents dans les compositions.

Pour réaliser ce projet, Olga Kisseleva a suivi un protocole précis et s’est entourée d’une équipe constituée d’historiens de l’art, de sociologues, de sémiologues et d’une écrivain. Dans un premier temps, un dictionnaire contemporain de la symbolique de la nourriture et des objets du quotidien a été élaboré.
L’artiste a ensuite commandé à l’écrivain Helena Villovich une série de 50 histoires inspirées de son quotidien. Chaque texte a été rédigé à partir de références et de mots-clés extraits du dictionnaire et a ensuite déterminé la composition de chaque nature morte.

L’ensemble « Divers Faits » correspond donc à la fois à une narration chronologique, un panorama autobiographique et un essai de sémiotique sur l’alimentation contemporaine.

Le soir du vernissage, Olga Kisseleva organise un dîner-performance intitulé À l’heure de Moscou, conviant un certain nombre de personnes à partager un repas composé de plats issus du Livre de l’alimentation délicieuse et saine, ouvrage dogmatique de 1938 préfacé par Staline.
Au cours du repas, les spécificités de la symbolique de la cuisine soviétique sont expliquées aux invités à travers un dialogue entre des comédiens dissimulés dans le public.
Avec ce dîner, Olga Kisseleva réaffirme son intérêt pour le banquet en tant qu’action politique et recrée une sorte d’utopie culinaire et artistique –les plats devenant des symboles historiques et idéologiques.
Elle aborde ainsi, avec une pointe d’ironie, un des aspects de la tradition soviétique qui a participé à la construction de l’idéologie communiste. Une vidéo documentant ce dîner-performance sera, par la suite, diffusée dans une salle de projection annexe.

Parallèlement au projet « Divers faits », l’exposition permet de découvrir How are you? et Where are you?, deux installations vidéos traitant des enjeux et problématiques liés à l’interculturalité.

critique

Divers faits