PHOTO | INSTALLATION

David Claerbout

03 Oct - 07 Jan 2008

Le Centre Pompidou présente cinq installations récentes de David Claerbout à la frontière entre la photographie et la vidéo.

David Claerbout

David Claerbout opère des croisements entre l’image fixe et l’image mouvement. Il retravaille chaque parcelle pixélisée de l’image analogique pour créer une composition digitale, et renouvelle ainsi la perception de l’image, de l’espace et du temps.

Son corpus d’œuvres évolue depuis 1996 entre images fixes et images mouvement, images photographiques et images digitales. Influencé tant par la pensée phénoménologique que par les écrits de Gilles Deleuze L’image-temps. L’image-mouvement (1983), David Claerbout développe une photographie du mouvement, une image instantanée en devenir, introduisant depuis 2004 des éléments narratifs, des micro-narrations.

Cinq œuvres projetées se partagent l’espace de 300 m2 : The Stack, 2002, Bordeaux Piece, 2004, Shadow Piece, 2005, et deux nouvelles productions Sections of a Happy Moment, 2007, Long Goodbye, 2007. Elles montrent l’évolution du temps, le déploiement de l’espace, tout au long de cinq œuvres filmées dans des architectures appartenant à notre culture moderne, notre contexte urbain contemporain.

Ainsi Bordeaux Piece , acquise par le Centre Pompidou pour les collections du Musée national d’art moderne, utilise une magnifique maison dans les environs de Bordeaux comme outil pour une approche conceptuelle de « l’espace-temps », une introspection minutieuse du temps dans un espace déconstruit.
« Dans la plupart de mes travaux de ces 10 dernières années, le temps et l’espace sont devenus les points d’ancrage de ma production vidéographique. Dans mes modes de production où la réalité photographique est de plus en plus préconçue, le temps du film semble être la dernière trace du passé analogique. Occupé tant par l’artificialité que par le manque de relief de l’écran ou de l’impression, j’ai souvent eu recours à la photographie d’architecture comme moyen de définir l’espace dans ce que j’appellerais le terrible manque de relief du film ».
Le spectateur est invité à évoluer au sein d’un espace scénographié tout en douceur, dans une semitransparence, éloignant ce dernier des contraintes de la salle obscure de cinéma, et permettant aux œuvres de dialoguer les unes avec les autres.

L’exposition sera présentée après Paris à Cambridge au MIT/List Center (février à avril 2008), au Kunstmuseum de St Gallen mai à juin 2008), à l’UBC de Vancouver (automne 2008), à la DePont Foundation de Tilburg et au Metropolitan Museum of Photography de Tokyo (2009).

Artiste
David Claerbout
David Claerbout est né à Courtrai (Belgique) en 1969. Il vit et travaille entre Bruxelles et Berlin. Depuis 1996, il numérise des photographies trouvées, puis y incruste, par le biais de la manipulation infographique, des éléments insufflant une impulsion de mouvement et introduisant la notion de temporalité. Plus récemment, il introduit des éléments narratifs et des mouvements de caméra dans des décors et des espaces architecturaux.

critique

David Claerbout