DANSE | SPECTACLE

Cribles. Live

16 Fév - 18 Fév 2011
Vernissage le 16 Fév 2011

Voit-on de la musique ou écoute-t-on de la danse ? La pièce d’Emmanuelle Huynh rassemble musiciens et interprètes autour d’un rituel commun et populaire: la ronde.

Emmanuelle Huynh
Cribles / Live

Horaire : 20h30

― Chorégraphie : Emmanuelle Huynh
― Musique : Iannis Xenakis
― Fabrication et interprétation de la danse : Jérôme Andrieu, Yaïr Barelli, Nuno Bizarro, Yoann Demichelis, Marlène Monteiro Freitas, Madeleine Fournier, Kerem Gelebek, Lénio Kaklea, Aline Landreau, Ayse Orhon et Betty Tchomanga
― Musique : Iannis Xenakis, Persephassa, œuvre pour six percussionnistes, 1969
Persephassa est interprétée par: les Percussions Rhizome (Didier Breton, Jean-Baptiste Couturier, Alain Durandière, Patrice Legeay, Nicolas Marchand, Hédy Rejiba)
― Assistante : Fanny de Chaillé
― Lumières : Yannick Fouassier
― Scénographie et films : Jocelyn Cottencin
― Vêtements : Michèle Amet / remerciements à Geneviève Verseau

Exploration contemporaine d’une des figures fondamentales de la danse : la ronde, Cribles / Live d’Emmanuelle Huynh accorde à la musique de Iannis Xenakis un rang de protagoniste majeur. Interprétée en live par six instrumentistes de l’ensemble Percussions Rhizome, Persephassa rassemble danseurs et musiciens dans une architecture et un rituel communs.

« Au début de ce travail, j’ai fait un pari poétique : regarder la ronde, forme simple du rituel, comme une situation qui active la remémoration de danses autant qu’elle est une possibilité d’inventer nos propres archives. À travers cette forme enfantine, archaïque, ressurgissent fêtes, sacres, danses nuptiales, guerrières, processions, trépignements, unissons. Nous y produisons nos récits d’aujourd’hui. De dessous nos pieds, entre nos bras, s’écrit l’histoire au présent, entre jubilation et peur. » Emmanuelle Huynh

critique

Cribles. Live