Maurizio Cattelan

Maurizio Cattelan

Maurizio CATTELAN — né le 21 septembre 1960 à Padoue (Italie). Vit et travaille à New York (USA).

Maurizio Cattelan est un artiste contemporain italien. Volontiers polémiques, ses sculptures et installations mettent souvent en scène des personnes ou des animaux dans des situations comiques. L’ironie de son travail, entre humour potache et iconoclasme profane, s’appuie sur un travail minutieux de la matière. Résine polyester modelée de manière hyperréaliste, mannequins de cire, animaux naturalisés, marbre blanc sculpté… Maurizio Cattelan délègue la production pour se concentrer sur l’humour. Comme avec, par exemple, Untitled (2007) : un trophée de tête de cheval, mais inversé. Le corps entier du cheval est exposé, encastré dans le mur, et ne lui manque que la tête dont on imagine qu’elle pourrait être en trophée, de l’autre côté du mur.

Maurizio Cattelan et l’art provocant : la performance de déguiser Emmanuel Perrotin en phallus

Cultivant son image d’artiste comme partie intégrante de son œuvre, Cattelan se présente en trublion de l’art contemporain. D’abord créateur de meubles en bois dans les années 1980, il bifurque vers une approche plus spontanée et provocante de l’art. En 1993, pour l’exposition « Tarzan & Jane », Cattelan contraint les propriétaires de la Galleria Raucci / Santamaria à porter des costumes de lion. En 1995, Maurizio Cattelan réitère ce procédé de performance par procuration, mais avec Emmanuel Perrotin. Durant six semaines, Perrotin va ainsi porter un costume de gros lapin rose. Ressemblant à un phallus géant. Et l’exposition « Errotin, le vrai lapin » (1995, Galerie Emmanuel Perrotin) va faire parler d’elle. C’est en utilisant l’inattendu et le scandale comme puissants amplificateurs de notoriété que Cattelan développe son envergure internationale.

Des sculptures et installations scandaleuses, des revues d’artiste trash (Permanent Food)

Plusieurs de ses œuvres vont ainsi défrayer la chronique. La Nona Ora (1999) met en scène une sculpture en cire du pape Jean-Paul II, à terre, écrasé par une météorite au milieu de bris de verre. Avec la sculpture Him (2001), c’est un personnage de la taille d’un enfant qui est agenouillé, de dos, en position de prière. Lorsque les spectateurs le contournent, ils découvrent Hitler. La sculpture L.O.V.E. (2010) est un monumental doigt d’honneur en marbre blanc. Placé devant le Palazzo Mezzanotte (Milan), ce digitus impudicus s’adresse à quiconque se tient face au palais de la bourse milanais. Régulièrement présent à la Biennale de Venise (éditions 1993, 1997, 2001, 2003, 2009, 2011…), Cattelan publie également des revues d’artiste. Comme Permanent Food, en lien avec les Presses du réel et Le Consortium de Dijon, de 1995 à 2005. Ou Charley, de 2001 à 2007, et actuellement Toilet Paper (depuis 2010).