PHOTO | EXPO

Corps en résistance

02 Juin - 27 Sep 2015
Vernissage le 02 Juin 2015

Donnant à voir des personnages en mouvement et des architectures, le travail photographique et filmique de Valérie Jouve interroge la présence du corps dans la ville et les manières d’habiter l’espace. Cette exposition couvre plus de vingt ans du travail de l’artiste, de la fin des années 1980 à aujourd’hui.

Valérie Jouve
Corps en résistance

Après des études d’anthropologie, Valérie Jouve suit l’enseignement de l’Ecole nationale supérieure de la photographie d’Arles avant de devenir photographe et cinéaste. Elle appartient à la génération de ces artistes qui, en France, se sont éloignés de la grande tradition humaniste des reportages photographiques, sans pour autant en rejeter complètement les éléments essentiels.

Les photographies et les films de Valérie Jouve relèvent tout autant de l’art contemporain et du documentaire de création que de l’anthropologie et de la sociologie. Donnant à voir des personnages en mouvement et des architectures, ils interrogent la présence du corps dans la ville et les manières d’habiter l’espace. Les deux sujets classiques du paysage et du portrait sont associés de telle sorte que, dans la densité de situations urbaines, prennent place des scènes hautement chorégraphiées.

Les compositions photographiques de Valérie Jouve esquissent un espace trouble, volontairement indéterminé, que souligne le «Sans titre» de ses corpus d’images. Formant un ensemble ouvert, complété par l’artiste au fil du temps, chaque corpus est identifié par un sous-titre générique précisé entre parenthèses: Les Personnages, Les Façades, Les Passants, La Rue, Les Situations, Les Arbres…

La sélection présentée au Jeu de Paume couvre plus de vingt ans du travail de l’artiste. Le parcours crée une tension entre ces images fixes et une série de films interrogeant la ville et ses marges, depuis Grand Littoral et Traversée jusqu’à la nouvelle pièce de Valérie Jouve, Blues. Réalisée spécialement pour cette exposition, Blues évoque le problème du pouvoir abusif de certains sur d’autres (pays, hommes).

Valérie Jouve est partie au Guatemala filmer et photographier ce qu’il advient du paysage après l’arrivée et l’exploitation du sol par les gringos, comme les appellent les indiens natifs. Composée d’un ensemble de cinq séquences filmiques projetées, de photographies, de textes et de son, cette œuvre se construit autour d’une figure principale, Tania Carl, chanteuse de blues, partie de France pour le Guatemala.

A la façon d’une composition musicale, Valérie Jouve envisage l’accrochage de «Corps en résistance» de manière à produire un mouvement dans lequel le spectateur est aussi acteur. Elle explique: «Je cherche à évoquer une certaine intensité du monde vivant. Je travaille l’habitation d’un espace et souhaite que les spectateurs vivent une expérience de cet espace-là, au travers des images.»

Les corps sont habités par l’espace qu’ils parcourent, ils deviennent parfois machinaux tant la répétition des gestes du quotidien les façonnent. Les Situations, Les Parcours et Les Sorties de bureau illustrent la mécanique des corps opérant un déplacement entre l’espace intérieur et l’espace public.

Dans l’œuvre de Valérie Jouve, les espaces urbains ou périurbains sont marqués par les ensembles bâtis, excluant la terre. Certaines images représentent des espaces génériques à la géométrie implacable, alors que d’autres images mettent en scène l’être humain, à échelle réelle, comme une puissance active dans la ville et un appel à l’action.

Valérie Jouve est née à Saint-Etienne en 1964. Elle vit à Paris.

critique

Corps en résistance

AUTRES EVENEMENTS PHOTO