PHOTO | EXPO

Conscience, réalité

12 Jan - 03 Mar 2012
Vernissage le 12 Jan 2012

Plaçant toujours le spectateur dans une position inhabituelle, le confrontant à des situations apparemment innocentes qui cachent des transgressions presque inacceptables, Noritoshi Hirakawa l’oblige à prendre la place active de l’expérimentateur.

Noritoshi Hirakawa
Conscience, réalité

Les photographies de Noritoshi Hirakawa, évoquant très généralement la sexualité, traitent surtout de la violence et de la peur de l’autre.
Après des études de sociologie, d’anthropologie et de psychanalyse, Noritoshi Hirakawa s’est fait explorateur des transgressions, des inhibitions et des tabous sociaux, en concevant son travail artistique comme un champ de propositions expérimentales.

«Mon intention n’est pas de parler expressément de sexualité. Ce qui m’intéresse c’est de créer de nouveaux modèles culturels et sociaux, et pas seulement sexuels, pour rendre la vie des hommes plus riches».
Ce qui le préoccupe ce sont les interactions entre l’art, le social, le politique et le quotidien.

Toutes ses photographies tendent à élargir les limites de notre perception que nous savons être déterminée par un environnement culturel et social. «L’art a une fonction sociale. D’ailleurs mon travail se développe beaucoup moins dans l’espace de l’exposition que dans les consciences des visiteurs».
Dans la série S. S., c’est la question de notre rapport au suicide qui est interrogé. Ces photographies, en noir et blanc ont été prises en plongée depuis les parapets les plus fréquentés de Suisse et fixent la dernière vision plongeante qu’a celui ou celle qui se lance dans le vide.

«S», comme «séduction sadique», sa définition du suicide. Après s’être interrogé sur les rapports paradoxaux de la société japonaise à la sexualité et à l’image du corps, Noritoshi Hirakawa s’est penché sur un autre thème tabou: le suicide.
S’il est considéré en Europe est comme un acte déshonorant, au Japon c’est le contraire, se donner la mort fait partie de la culture japonaise. Il s’agit d’une preuve de dignité qui impose le respect.
A travers ces photographies de paysage, Noritoshi Hirakawa veut montrer que le choix de se donner la mort est une décision à la fois héroïque et romantique.

critique

Conscience, réalité