ART | EXPO

Chantiers

20 Nov - 31 Déc 2010
Vernissage le 20 Nov 2010

Sous le regard de Mathieu Mercier, commissaire de cette exposition, quatre artistes de la galerie mettent en «chantier» une réflexion originale sur les procédés de construction, déconstruction, reconstruction et de recyclage.

Communiqué de presse
Simon Boudvin, Alan Charlton, Ananias Léki Dago, Romain Pellas
Chantiers

Simon Boudvin, Alan Charlton, Ananias Léki Dago et Romain Pellas sont quatre artistes de la galerie Jean Brolly, aux travaux très différents. Pourtant leur association dans une même exposition, sous le regard de Mathieu Mercier, commissaire de «Chantiers», fait sens.

Un dialogue étrange s’installe entre la démarche exigeante de l’œuvre d’Alan Charlton — artiste qui ne peint que des monochromes gris depuis 1969 — et les photos de Ananias Léki Dago qui interrogent une certaine réalité urbaine en Afrique par un jeu de construction de l’espace entre le blanc et le noir.

Quant aux constructions de Roman Pellas, mi-hasardeuse mi-planifiées, réalisées à partir d’éléments de récupération (bois, cornières métallique, tubes en corton, bidons en plastiques), elles font parfaitement écho aux sculptures de Simon Boudvin qui s’intéresse à une réalité quotidienne hors d’usage avec une valeur économique réduite à néant.

Ainsi, tout récemment, lors d’une résidence aux ateliers des Arques, il a conçu un galet hexagonal en asphalte, à l’identique de ceux qui étaient fabriqués à l’époque, à partir de l’extrémité d’une route. Par ailleurs, il a reconstitué une poutre du Seagram Building construit par Mies Van Der Rohe à New York. Cette poutre est composée de tous les éléments utilisés pour cette construction à savoir du béton, du plâtre, de l’acier, du bois, du verre, et du bronze selon les proportions exactes des éléments constituant ce célèbre building.

Cette exposition ouvre une réflexion originale sur des procédés artistiques régis par la construction, la déconstruction, la reconstruction et le recyclage, sans oublier les notions de solidité et de fragilité.

critique

Chantiers