ART | PRIX

Prix Appert de la jeune création

09 Oct - 09 Oct 2019

Le Prix Appert de la jeune création 2019 a été remis le 9 octobre à Cécilia Cavalieri et Isabelle Levadoux, pour leurs œuvres qui explorent à travers la boîte de conserve notre rapport au temps. Ainsi s’est conclue la première édition du Prix Appert qui invite les jeunes artistes à s’approprier cet objet du quotidien qu’est la boîte de conserve pour en faire le point de départ d’un processus créatif.

Le 9 octobre, lors du vernissage à FAR Culture, à Paris, des œuvres des neufs finalistes sélectionnés en juin, ont été révélés les noms des deux lauréates de la première édition du Prix Appert de la jeune création : Cécilia Cavalieri et Isabelle Levadoux. Le Prix Appert de la jeune création, créé par l’UPPIA (l’Union interprofessionnelle pour la promotion des industries de la conserve appertisée) en lien avec l’association Groupe SOS Culture, vise, selon les mots de Jean-Bernard Bonduelle, président de l’UPPIA, à « replacer la conserve au centre d’un processus créatif ».

Le Prix Appert 2019 remis à Cécilia Cavalieri et Isabelle Levadoux

Le Prix Appert de la jeune création s’inscrit dans la suite logique de la démarche audacieuse, originale et créative qui animait Nicolas Appert lorsqu’il inventa en 1795 la conserve. Les œuvres retenues parmi les nombreux projets reçus expriment diverses visions, toujours singulières et étonnantes, de la boîte de conserve, et prouvent ainsi que plus de deux cents ans après son invention, la conserve demeure une source d’inspiration.

Le Prix Appert replace la conserve au centre d’un processus créatif

Le Prix Appert 2019 a été remis à Cécilia Cavalieri pour son projet multimédia Via lactea: une spéculation cosmopoétique et à Isabelle Levadoux pour sa mosaïque Pixels métalliques, deux œuvres qui à leur manière explorent à travers la boîte de conserve notre rapport au temps. L’œuvre expérimentale de Cécilia Cavalieri mêle éléments théoriques, photographies, pièces sonores, dessins et créations plurimédia autour d’une réflexion complexe sur le lait et ses multiples ramifications économiques, féministes, écologiques, etc.

C. Cavalieri et I. Levadoux explorent à travers la conserve notre rapport au temps.

Isabelle Levadoux s’est quant à elle approprié le sujet de la conserve en le reliant à sa propre pratique de la photographie : la conserve interrompt le vieillissement des objets qu’elle renferme tandis que la photographie fige des instants. Deux façons de suspendre le temps qui lui ont inspiré l’idée d’une vaste mosaïque composée de boîtes d’aluminium découpées en petits carrés d’un centimètre carré et redessinant une image de son frère à la plage, un souvenir d’enfance semblable à d’autres que le boîte de conserve évoque. En transformant cette dernière en pixels, Isabelle Levadoux transforme une image du passé en photographie contemporaine, comme si la conserve rendait à sa première vérité une vision que le grain argentique brouillait.