ART | CRITIQUE

Bijoux de famille

PPaul Brannac
@05 Mai 2009

Avis : la galerie Chantal Crousel, sise au 10, rue Charlot dans le 3e arrondissement de Paris, expose à la vente ses «bijoux de famille». Joli titre d’exposition s’il en est, mais la crise requiert apparemment que l’on se départisse du patrimoine comme de l’élégance. A la vue donc les œuvres érotiques! Dehors tout ce qui brille! De l’or, de l’or…

Il y a donc un peu de tout dans cette exposition, au point que l’on soupçonne un petit creux dans la programmation de la galerie. Duchamp bien sûr avec son Bouche-évier (1964-1967) ou ses enveloppes érotisées en mâle et femelle (comprendre: plis à bistouquette ou pelote de poils — de plus en plus élégant donc) pour Boîte alerte (1959); des chaises dorées d’Heimo Zobernig (2000); ou encore un fragment de filet de pêche en or de Tonico Lemos Auad, délicatement suspendu entre le sol et le plafond.

A propos de poissons, Georg Herold a réalisé une grande toile abstraite à base d’œufs d’esturgeons, Sans titre (2008). Met brut consommé sans préparation, le caviar est pourtant, hors d’Asie centrale, le plus coûteux et le plus ostentatoire. Le répandre sur une œuvre revient donc sans doute à redoubler conceptuellement l’inutilité de l’art, à souligner le caractère hasardeux des valeurs, bref, à discourir encore sur les moyens des œuvres et non sur leurs fins, c’est-à-dire sur l’image.
Or, à regarder l’image, on est quelque peu désappointé. Parce que c’est en effet très bon le caviar, c’est souvent d’un beau noir saturé et sa saveur reste étonnamment longtemps en bouche, mais sur une toile, ça prend vite une teinte verdâtre mâtinée de jaune intime, comme une palette ratée dont les tons à peine fixés s’altèrent aussitôt; certains discours aussi font cet effet.

Intituler cette réunion disparate «Bijoux de famille» présente néanmoins l’avantage d’exposer tout ce qui, de près ou de loin — voire de très loin — est lié à l’argent ou au sexe; c’est-à-dire à peu près tout, y compris une statuette fang du XIXe siècle.
Le rapport entre cette sculpture du Gabon, élément de reliquaire, et le thème général tient peut-être au fait que le pénis du personnage soit recouvert de laiton, mais on lui a tout de même adjoint, pour sa présentation, un encadrement doré, rappelant les autres œuvres en or ou plaquées telles. Quant à l’œuvre de Danh Vo, qui rassemble, sur un drapeau américain plié, la casquette, le baudrier et les instruments de musique d’un soldat nordiste de la guerre de Sécession, la relation est encore plus ténue.

Restent donc les œuvres qui brillent et non seulement d’or ou de cristaux Swarovski, mais d’aluminium, d’inox et de plastiques colorés. Autant de techniques mixtes qui produisent des objets kitsch au rendu volontairement bâclé: petit assemblage à dominante rose pour V (2009) de Jutta Koether, énorme chaîne collier à base de carton et d’adhésif pour Toyota-Chain (2002) de Thomas Hirschhorn, ou encore réplique réduite du David de Michel-Ange en plâtre peint façon nain de jardin naïf pour le David (2008) de Hans-Peter Feldmann.

A contempler ces œuvres, qui sans doute elles aussi dénoncent le philistinisme brutal des nouveaux riches en leur proposant une critique objectivée que ces mêmes parvenus s’empresseront d’acquérir pour s’émouvoir ensemble — artistes et arrivistes — de la misère culturelle de notre époque comparée à celle des temps anciens, à observer donc ces petits concentrés de cynisme souriant, on se dit tout de même que l’or est certes un peu voyant, mais qu’à la différence du caviar, du plâtre ou des cassandres réjouies, il est une permanence, un inaltérable métal qui résiste, lui, à la poussière comme aux modes.

Isabelle Cornaro
Savane, autour de Bangui et le fleuve Utubangui, 2007. Pigmentary printing on Archival paper. 35 x 50 cm each unframed

Marcel Duchamp
Various elements from La boîte alerte, 1959. 2 envelopes, 1 of the 25 pairs, Male and Female Laundress¹s Aprons, 1 of the 2 editions of the male and female Laundress¹s aprons made as a sample, 1 telegram (from the Boîte alerte), 1 envelope sent by Marcel Duchamp to André Breton, The original box from the Boîte alerte, Bibliothèque Destribats

Seth Price
Business Envelope, 2008. Silkscreen ink on aluminum composite. 57 x 114 cm

Wolfgang Tillmans
— Gold (a), 2002. C-Print. 61 x 51 cm
— Gong, 2007. Gold. 34 cm diamètre

Marcel Broodthaers
Gold Ingot, 1970-1971. Solid gold