PHOTO

Beauregard, Levé, Jaubert & Billon

Pg_ArtCade16MarieDucate01b
@12 Jan 2008

Depuis février dernier la salle Michel Journiac, salle d’exposition de l’UFR d’arts plastiques et sciences de l’art de l’Université Paris I, s’est transformée en Bureau d’hypothèses : un espace de savoir et d’expérimentation des possibles où se mêlent productions d’artistes, d’étudiants et d’enseignants du campus. Sa deuxième exposition est consacrée à la photographie et à l’exploration de ses marges.

Inauguré par les propositions radicales de Claude Lévêque et d’Etienne Bernard, auteur d’une improbable exposition sur le thème du « Complexe du cul-de-sac », le Bureau d’hypothèses ouvre sa deuxième session d’expositions sous le signe de la photographie et de l’exploration de ses marges.

Le photographe de presse Christophe Beauregard réalise sa première exposition personnelle. Pour cette occasion, il s’est immiscé dans le monde de la chirurgie esthétique pour en extraire des portraits tout en retenue dévoilant des visages en apparence communs comportant pourtant une part de mystère et produisant une évanescente impression d’étrangeté.

Il y a quelques semaines, le photographe a ouvert le dialogue avec les étudiants autour de son travail. Aujourd’hui, il propose aux visiteurs de repartir avec une affiche tirée à cinq cents exemplaires d’un des portraits exposés, répondant ainsi à l’invitation du Bureau d’hypothèses de réfléchir sur le thème de l’exposition comme outil de diffusion.

De son côté Olivier Schefer, maître de conférences en esthétique, a invité Aurélia Jaubert et Marc Billon. Dans un dispositif multimédia, la photographe et le musicien explorent les connections entre leurs disciplines. C’est ainsi que trois photographies numériques monumentales, derniers témoins d’un travail sur l’albumine figée au contact de l’eau et peinte à l’encre, proposent une rêverie visuelle à un dispositif sonore conçu par Marc Billon. L’image se mêle à une atmosphère de sons synthétisés, concrets, issus de fonds sonores ou d’ambiances extérieures.

Tout aussi éclectique, l’exposition Réalisations est née d’une idée d’Eric Rondepierre, professeur d’arts plastiques. Il a demandé à ses étudiants de travailler à partir du livre d’Edouard Levé Œuvres (éd. POL, 2002). Dans cet ouvrage, l’artiste décrit cinq cent trente trois projets d’œuvres imaginaires. À la fin du semestre, Edouard Levé a été invité à choisir parmi les différentes productions celles qui lui semblaient les plus pertinentes à l’image de celle d’Aurélie Lavelle qui a réalisé la proposition 394 : « Accroché au mur, du matériel d’accrochage écrit les grandes lettres du mot ACCROCHAGE ».
C’est ainsi que l’accrochage comme passage obligé de l’exposition devient une icône, représentant ce qu’elle est, ce qui la constitue (scotch, ficelle, chevilles, clous…) et met en perspective l’exercice même de l’exposition.

C’est au cœur de ces questions, de ces rencontres et de ces glissements que s’inscrit la nouvelle programmation du Bureau d’hypothèses où les mondes professionnel, artistique et universitaire se mêlent et s’entrecroisent.
Eric Mangion, directeur du Frac Provence Alpes Côte d’Azur, est invité le 25 mars à échanger avec les étudiants sur le thème de la collection publique. Le mois dernier, plus d’une centaine d’étudiants avaient assisté à l’intervention des galeristes Hervé Loevenbruck et Anne Roussel.

Matière à réflexion, les expositions se déclinent sous différentes formes résultant de la rencontre d’univers plastiques et de leurs frottements comme autant d’hypothèses, de pistes de réflexions pour les étudiants et les visiteurs.

Artistes
— Judith Aquien
— Viviana Ardilla
— Christophe Beauregard
— Marc Billon
— Anthony Cubero
— Julien Defontenay
— Lody Iza
— Aurélia Jaubert
— Sébastien Lafaye
— Aurore Lalande
— Aurélie Lavelle
— Juliette Lerperlier
— Edouard Levé
— Florie Luton
— Salomon Mejia
— Marie-Anne Merlin
— Marie de Pallluel
— Myrielle Rigueur
— Raphaëlle Sampl
— Agnès Sarapol

Christophe Beauregard, Chirurgies. Série de six photos couleurs. 50 cm x 50 cm.

Edouard Levé et Judith Aquien, Réalisations. Dix-sept travaux, techniques mixtes : photo, dessin, peinture, bande-son.
Avec Viviana Ardilla, Anthony Cubero, Julien Defontenay, Lody Iza, Sébastien Lafaye, Aurore Lalande, Aurélie Lavelle, Juliette Lerperlier, Florie Luton, Salomon Mejia, Marie-Anne Merlin, Marie de Pallluel, Myrielle Rigueur, Raphaëlle Sampl et Agnès Sarapola.

Aurélia Jaubert et Marc Billon, Albumine. Trois impressions jet d’encre grand format encadrées et dispositif sonore. 100 x 136cm, 80 x 176cm, 100 x 140cm.