PHOTO | EXPO

All Star

10 Sep - 29 Oct 2016
Vernissage le 10 Sep 2016

L’exposition «All Star» dévoile à la galerie Nathalie Obadia la série de photographies du même nom de Valérie Belin. Onze portraits de femmes en super héroïnes, où se mêlent figures introspectives et univers de comics.

Valérie Belin crée des super héroïnes

L’exposition «All Star» à la galerie Nathalie Obadia présente la nouvelle série de photographies de Valérie Belin, réalisée en 2016.

Onze photographies en couleur forment une galerie de portraits de femmes sur fond de pages de comics. Les femmes sont cadrées jusqu’à mi-buste et vêtues d’un élégant chemisier. Telles des figures de mode, elles sont très soigneusement maquillées et coiffés, leurs cheveux sont lissés et tenus en chignon. Les motifs colorés de leur vêtement et l’éclat de leur rouge à lèvre sont étouffés par la luminosité blafarde sous laquelle elles sont photographiées en studio et par l’ajout de noir et d’irisations métalliques. Ce choix chromatique confère aux portraits une tonalité sombre et austère qu’accentue l’expression grave des modèles.

L’arrière-plan de chaque photographie est rempli par une couverture de comic, bande dessinée américaine qui met en scène des super héros. L’univers typique des comics, leur graphisme et la vision du monde qu’ils renvoient, sert de matériau pour donner corps à une rencontre avec les super héroïnes créées par Valérie Belin. Des titres, accroches et dessins authentiques, en intégrant parfois les noms de ces personnages: Miss Marvel, The Stranger, Carol, The Avenger, All Star, After Thor, Super Girl, Confessions of the Lovelorn, Golden Girl, Power Girl et Black Canary.

Une inspiration tirée des comics

Si elle apparaît à première vue comme une toile de fond,  la page de comic recouvre en fait le portrait lui-même: ses teintes sont souvent simplement atténuées sur celui-ci, quand elles ne s’affirment pas en surimpression, rendant complètement indiscernables les contours de la photographie.
L’association des deux plans forme une composition subtile où le télescopage des lignes et des motifs et le décalage des échelles entraîne des chocs visuels. Des personnages dessinés masquent tout le buste d’un modèle photographié, un large titre barre le regard ou le front d’un autre. Ce désaccord visuel illustre un écart profond entre les deux types de personnages qui se chevauchent, les super héros de bande dessinée et les super héroïnes créées et photographiées par Valérie Belin. La nature colorée, optimiste, joyeuse et naïve des premiers, leur grande expressivité et leur dimension essentiellement physique s’opposent avec force à des visages taciturnes, impénétrables et entièrement tournés vers leur dimension mentale.