ART | EXPO

All of the above

18 Oct - 31 Déc 2011
Vernissage le 17 Oct 2011

Le travail du plasticien suisse John M. Armleder vise avant tout à transformer la perception et la réception de l’œuvre d’art: ses relations avec différents milieux et ses interactions. Fondateur du mouvement Ecart, il se situe entre ready-made et performance, entre œuvre et environnement, art et décoratif, innovation formelle et appropriation.

John M. Armleder
All of the above

Cartographie du cerveau de l’artiste, de ses désirs, de ses influences, la carte blanche à un artiste est l’occasion d’aborder par un biais inédit les processus de création et de recoupements esthétiques. All of the Above est la reprise inversée de « None of the Above », expression idiomatique anglophone et titre d’un précédent commissariat d’exposition de John M. Armleder au Swiss Institute de New York en 2004. Chacune des oeuvres se révélait par sa taille extrêmement réduite voire par son immatérialité. De None of the Above à All of the Above, l’invisibilité laisse place à la photogénie.

Les artistes sont invités à concevoir une exposition dans l’ancien auditorium, transformé tour à tour en chantier (Karsten Födinger), en théâtre (Alexandre Singh) et en laboratoire scientifique (Robin Meier & Ali Momeni). Chacun d’entre eux s’est servi d’un plateau successivement architectural, théâtral ou scientifique. John M. Armleder décide à son tour d’employer ce plateau à la manière d’une scène et il invite une trentaine d’artistes à y présenter une oeuvre. Quelle que soit leur nature (peinture, sculpture, vidéo), les oeuvres posées sur cette scène seront soumises à un point de vue frontal et à une superposition visuelle faisant osciller l’ensemble entre enchevêtrements chaotiques, rencontres inédites et mélanges des genres.

All of the Above inverse une logique que Marc-Olivier Wahler a volontairement initiée au Palais de Tokyo et qui nous a conduit, au fil de sa programmation, du super-visible à la furtivité. Le dispositif de ce projet malmène également les fondements mêmes de l’exposition que sont le corps en mouvement et l’oeil fixe. Autant de preuves qui attestent que seul John M. Armleder était à même de clore ce cycle 2006-2011. La boucle est bouclée.

critique

All of the Above