ART | EXPO

A cappella

04 Mar - 16 Avr 2017
Vernissage le 04 Mar 2017

L’exposition « A cappella » à la Almine Rech Gallery, à Paris, dévoile de nouvelles peintures et sculptures de Bertrand Lavier à travers lesquelles le plasticien poursuit son exploration des rapports entre art et quotidien et du statut des œuvres d’art.

L’exposition « A cappella » à la Almine Rech Gallery rassemble de récentes œuvres de Bertrand Lavier : des peintures et des sculptures à travers lesquelles le plasticien continue d’étudier les relations qu’entretiennent les objets d’art et ceux du quotidien mais aussi les différents médiums artistiques entre eux.

Bertrand Lavier interroge la nature de l’œuvre d’art

Le titre de l’exposition, « A cappella », constitue une sorte de résumé de la démarche de Bertrand Lavier. En effet, si la pratique artistique de celui-ci consiste à toujours réinterroger la nature même de l’œuvre d’art, elle le fait à travers une économie de moyens qui s’apparente au chant a cappella dans le domaine musical.

Trois tableaux monochromes peints en 2017 introduisent l’exposition : Bleu cobalt, Jaune cadmium clair et Vert permanent qui prolongent une série que Bertrand Lavier avait entamée en 1986 et dans laquelle des photographies de surfaces peintes étaient recouvertes de peinture de la même couleur, dans un souci de similitude et d’illusion la plus forte possible.

Si dans la série originelle, le clivage entre peinture et photographie était souligné, il n’est aujourd’hui que subtilement évoqué par une correspondance entre le brush stroke, technique picturale employée dans l’expressionnisme abstrait, et l’aspect que revêtent les vitrines sur lesquelles a été passé du blanc d’Espagne dans la rue Louise Weiss et l’avenue Montaigne à Paris.

Des peintures aux sculptures : explorer les relations entre art et vie quotidienne

Une autre série de tableaux brouille la frontière entre art et vie quotidienne. Les tableaux tels que Paysages aixois, réalisé en 2015 et Sombernon, réalisé en 2016, utilisent des panneaux de signalisation autoroutiers sur lesquels sont représentés des éléments de paysage, des sites touristiques ou des monuments patrimoniaux typiques des régions et des villes traversées. Ces dessins schématiques constituant originellement des outils touristiques sont recouverts de peinture acrylique suivant une logique d’imitation et dans un style impressionniste propre à Van Gogh. Ainsi objet de signalisation peint et peinture de paysage se confondent : les panneaux deviennent des peintures, ramenant le mot « pittoresque » à son sens premier : ce qui est digne d’être peint.

La sculpture intitulée Colonne Ford et réalisée en 2017 reprend la pratique de la greffe qu’opère Bertrand Lavier depuis plus de trente ans. Le feu arrière d’une voiture Ford est inséré dans une vieille colonne en pierre : une nouvelle entité visuelle naît d’éléments qui ont auparavant déjà assumé un usage précis mais différent et dans un autre contexte.