ART | EXPO

Du noir et blanc à la couleur

01 Nov - 24 Mar 2019
Vernissage le 01 Nov 2018

L’exposition « Du noir et blanc à la couleur » revient au centre d’art de l’Hôtel de Caumont, à Aix-en-Provence, sur la deuxième partie de la carrière de Marc Chagall et explore à travers des peintures, des dessins, des lavis, des gouaches, des sculptures, des collages et des céramiques sur son singulier cheminement du noir et blanc qu’il adopte après guerre, à son retour à une couleur épanouie. 

L’exposition « Du noir et blanc à la couleur » au centre d’art de l’Hôtel de Caumont, à Aix-en-Provence, se penche sur une facette méconnue de l’œuvre de Marc Chagall, en se concentrant sur la deuxième partie de sa carrière.

Du noir et blanc à la couleur, le singulier parcours de Marc Chagall

Célébré comme un maître de la couleur par les artistes et les critiques de son époque, Marc Chagall a pourtant fait du dialogue entre le noir et blanc et la couleur un axe majeur et décisif dans le renouvellement de sa pratique, au tournant des années 1950. C’est cette démarche peu connue qu’explore l’exposition à travers cent trente œuvres comprenant à la fois des peintures, des dessins, des lavis, des gouaches, des collages, des sculptures et des céramiques.

Les œuvres réalisées par Marc Chagall au cours de la deuxième partie de sa carrière témoignent d’un renouvellement artistique que détaille l’exposition en s’attardant sur chaque étape de création de son œuvre de 1948 à 1985, année de son décès. Ces œuvres sont marquées par son exploration du noir et blanc, servant ensuite une maîtrise renforcée des couleurs, qu’il choisit particulièrement vives lumineuses et profondes.

Marc Chagall explore le noir et blanc pour mieux revenir à la couleur

Le parcours, divisé en sept parties, commence avec les œuvres réalisées par Marc Chagal dans le contexte de reconstruction de l’après-guerre. La couleur noire est alors pour l’artiste un exutoire artistique et symbolique, qui catalyse de sombres souvenirs. Vingt-six lavis, série d’illustrations inspirées du Décameron de Boccace, exposent des noirs profonds et d’infinies nuances de gris qui contrastent avec la blancheur du papier, révélant la force sculpturale de ces contrastes.

La deuxième partie, intitulée « Au fil des techniques, dans l’atelier de Chagall » rassemble des peintures, lavis, gouaches, gravures ainsi que des sculptures en plâtre, en marbre, en bronze et en céramique qui témoignent de la grande variété des techniques abordés simultanément par l’artiste, après son retour en 1947 des Etats-Unis où il s’était exilé. Ainsi la sculpture en marbre blanc veiné de gris Deux nus ou Adam et Ève ou Sculpture-colonne de 1953 comme le dessin en lavis à l’encre de Chine et aquarelle Le couple au bouquet de 1964 poursuivent la partition du noir et blanc.

Les œuvres des années 1948-1952 marquent déjà la réapparition de la couleur avec des tableaux comme La nuit verte et Les amoureux au poteau ou des céramiques comme Vase noir. Marc Chagall a ainsi inversé son processus de création et, à partir de l’exploration des caractéristiques lumineuses et formelles du noir et blanc, revient à une couleur ravivée, démultipliée. Un retour à la couleur qui a également était nourri par les décors et costumes pour le ballet qu’il a créés aux Etats-Unis et qui lui ont permis d’expérimenter un espace pictural monumental où la couleur est appréhendée en tant qu’élément de construction de volumes.