DESIGN | OBJET

Ogonori Chaise-longue

Comme une vague ou un pétale de rose, l'Ogonori Chaise-longue cultive une poétique du volume et des densités. Avec, en filigrane de sa structure, l'empreinte de son utilisateur. Un pièce réalisée par Nagami Design et conçue par Manuel Jiménez Garcia et Gilles Retsin, au sein du Design Computation Lab.

Après la chaise Voxel Chair v.1.0, les designers Manuel Jiménez Garcia et Gilles Retsin développe un nouveau prototype : l’Ogonori Chaise-longue. Nouvel opus réalisé à l’aide de leur logiciel innovant ; un logiciel conçu pour donner aux designers la pleine maîtrise des volumes de leurs créations. Là où la conception classique associe des surfaces, cette autre façon de concevoir le design s’appuie sur les volumes, dont les densités répondent aux nécessités induites par les usages. Autrement dit, une modélisation permettant des impressions 3D solides et durables. Avec Ogonori Chaise-longue, Manuel Jiménez Garcia et Gilles Retsin font un clin d’œil aux algues rouges souvent présentées en entrelacs, comme des cheveux d’ange. Et effectivement, Ogonori Chaise-longue, avec ses nuances translucides de cyan, aux reflets bleu lagon et vert émeraude, cultive quelque chose d’aquatique. Réalisée par Nagami Design, elle offre un volume flou, mais taillé comme une vague, et campée sur quatre pieds métalliques.

Manuel Jiménez Garcia et Gilles Retsin : le design des densités

Présenté au MIT [Massachusetts Institute of Technology], pour la conférence ACADIA 2017 [Association for Computer Aided Design in Architecture], le logiciel du Design Computation Lab a reçu le soutien du très sérieux éditeur Autodesk. Et ce, sous la forme d’un Autodesk Emerging Research Award [Prix Autodesk de la recherche émergente]. Spécialement développé pour le design par impression 3D, le programme a été crée par Manuel Jiménez Garcia, Gilles Retsin et l’équipe du Design Computation Lab, au sein de la Bartlett School of Architecture de Londres. C’est un programme qui renverse les façons de penser (et concevoir) les objets. Plutôt que de les imaginer en termes de surfaces à assembler, il s’agit de penser les volumes et leurs usages. Une chaise devient ainsi un ensemble de zones soumises à différentes tensions, torsions, sollicitations. Et le logiciel conçoit les objets en ajustant les densités en fonction de ces caractéristiques et comportements.

Ogonori Chaise-longue : un fauteuil contenant son utilisateur en filigrane

Mise à nue des usages, l’Ogonori Chaise-longue dévoile ses zones de densité. Là où s’exercent le plus de tensions, le maillage est renforcé. Sorte de nuage translucide, les nuances de bleu plus ou moins intense révèlent la logique de tension du fauteuil. Et là où le poids du corps est le plus pressant, le maillage est ajusté pour avoir plus de souplesse. Telle une ombre, on y découvre la trace d’un corps nonchalamment incliné vers la droite. Avec, peut-être, un bras posé sur la partie la plus élevée, et peut-être, une jambe repliée-déployée dans la partie évasée. Cette présence du corps, littéralement en filigrane de l’œuvre, agit comme une composante poétique. Pétale de rose composé d’un entrelacs de cheveux d’ange, l’Ogonori Chaise-longue est une invite au délassement oisif.

Design : Manuel Jiménez Garcia et Gilles Retsin (Design Computation Lab).
Fabrication-Support : Nagami Design, Vicente Soler et Ivo W. Tedbury.
Équipe : Manuel Jimenez Garcia, Miguel Angel Jimenez Garcia, Ignacio Viguera Ochoa, Gilles Retsin, Vicente Soler et Ivo W. Tedbury.