ART | EXPO

Lucinda Childs / Sol LeWitt

24 Sep - 07 Jan 2017
Vernissage le 23 Sep 2016 à partir de 19:00

L’exposition « Lucinda Childs / Sol LeWitt » à la galerie Thaddaeus Ropac revient sur l’affinité créative entre la chorégraphe Lucinda Childs et l’artiste Sol LeWitt. On découvre à travers des partitions chorégraphiques, peintures, photographies et correspondances un langage commun fondé sur la sérialité, le dessin et le mouvement.

L’exposition « Lucinda Childs / Sol LeWitt » à la galerie Thaddaeus Ropac s’intéresse au lien qui unissait la chorégraphe Lucinda Childs et l’artiste Sol LeWitt. Partitions chorégraphiques, peintures, photographies et échanges épistolaires dévoilent les correspondances entre les langages graphiques des deux artistes au cours des années 1970.

Deux artistes minimalistes

La pièce Dance est centrale dans la collaboration entre Lucinda Childs et Sol LeWitt. Pour la chorégraphe, elle constitue un tournant. Elle quitte les espaces alternatifs dans lesquels elle déploie jusqu’alors ces pièces pour adopter une structure théâtrale. Le spectacle est le fruit d’une collaboration entre l’artiste Sol LeWitt, le compositeur Philip Glass et Lucinda Childs, tous trois affiliés au courant minimaliste. L’exposition présente l’une des partitions chorégraphiques originales de Dance #4 réalisée en 1979.

Exploitant les caractéristiques du dispositif théâtral, la pièce Dance associe à la chorégraphie sur scène une installation filmique réalisée par Sol LeWitt et unique dans sa carrière. L’ensemble de la scène est recouvert d’un écran transparent sur lequel est projeté en même temps que les interprètes évoluent un film qui détaille cette danse selon un montage complexe. Ainsi se superpose à la chorégraphie un film qui offre une multitude de points de vue sur celle-ci.

Un intérêt commun pour la sérialité

L’exposition permet de consulter pour la première fois les archives de Lucinda Childs. On suit à travers plus de cent documents graphiques l’élaboration de sa méthode chorégraphique dans les années 1970. En particulier des diagrammes qui sont au cœur d’une procédure que Lucinda Childs adopte à partir de 1973. Pour les cinq danses qui forment la pièce Dance, la chorégraphe crée un diagramme à partir duquel elle élabore la partition chorégraphique. Les croquis détaillant a priori les parcours des interprètes, qu’elle utilisait pendant la décennie précédente, sont abandonnés au profit de tracés et de combinaisons de mouvements quotidiens selon des schémas sériels et répétitifs. Le parcours des danseurs n’est individualisé que dans un second temps, pendant les répétitions.

C’est dans cet intérêt commun pour la sérialité, le dessin et le mouvement que se construit l’affinité entre Lucinda Childs et Sol LeWitt. La méthodologie chorégraphique rejoint celle que Sol LeWitt suit dans ses dessins muraux sériels des années 1970 et 1980. Dans les deux cas, la série permet d’exploiter à l’infini la logique graphique de chaque motif. Ainsi, l’arc de cercle que la peinture Wall-Drawing #357 de Sol LeWitt multiplie sur les murs de la galerie appartient comme la ligne droite et la diagonale au répertoire formel des danses minimalistes de Lucinda Childs.

Une grande partie de la correspondance entre l’artiste et la chorégraphe est exposée. On y découvre notamment les diagrammes des danses conçus par Lucinda Childs, auxquels Sol LeWitt a associé une couleur primaire lors d’échanges entre les deux artistes pour la conception de Dance. D’autres diagrammes tracés par l’artiste depuis l’Italie ou la Chine répondent à ceux des danses de la chorégraphe.