DESIGN | EXPO

M&O – Rising Talent Awards | Hongjie Yang

18 Jan - 22 Jan 2019

Avec le designer Hongjie Yang, le métal passe par toutes les formes. Pour des pièces entre nature et culture, trempées dans l'antagonisme des forces. Conjuguant le lisse et une sorte d'âpreté rugueuse, chaque pièce (miroir, banc, table...) oscille ainsi entre chaos et harmonie, brutalité et délicatesse.

Basé à Eindhoven (Pays-Bas), le designer contemporain chinois Hongjie Yang compose des pièces entre nature et culture. Érosion, Concrétion, accrétion, sédimentation… Ses œuvres semblent souligner la puissance du temps et des éléments quant au façonnement des choses. Et pour l’édition de janvier 2019 de Maison & Objet Paris (M&O), le travail de Hongjie Yang se déploiera dans l’exposition « Rising Talent Awards », consacrée aux designers émergents chinois. Ce qui fait la singularité des créations de Hongjie Yang consiste notamment en son hommage aux formes organiques. Une approche qui valorise la nature en tant que système inclusif, dont l’être humain fait partie. « À mon avis, la nature telle que nous la connaissons touche à sa fin. Nous, les humains, sommes et serons toujours un élément du système global de la nature. » Cultivant un design fonctionnel et beau, Hongjie Yang interroge ainsi le chaos.

Hongjie Yang aux « Rising Talent Awards » (Maison & Objet) : le design du chaos

Extrême, la série Radical Fossils (2016) de Hongjie Yang inclut par exemple, un diviseur d’espace, une sorte de bol et une pièce pouvant s’apparenter à un vase ou un élément de vaisselle. Alliant aluminium, bronze, laiton et céramique, les œuvres de Radical Fossils semblent provenir du fond des âges. Longtemps, très longtemps après la fin de l’ère industrielle. Comme une plongée dans un avenir autrement technologique. Ou comme autant de débris, soufflés, tordus et fondus par une explosion. Temps arrêté et design énigmatique, les Radical Fossils flirtent avec la sculpture et l’inutilité, ou la perte de toute valeur d’usage. Autre série, autre approche, The Synthesis Monolith (2016-2017) propose miroirs, table basse, banc. Avec un travail de l’aluminium conjuguant le lisse brillant et parfaitement réflexif du métal, et des zones de boursouflures brutes. Comme un précipité naturel.

Studio Hongjie Yang : le métal, entre force brute et matériau dompté, policé

La série The Synthesis Monolith résume bien la démarche de Hongjie Yang. Sans exclure l’être humain de la nature, il l’ajoute à la somme des forces formatrices. « Il existe des forces qui s’opposent les unes aux autres, souvent déclenchées par nos propres actions », dit-il. Avant d’ajouter « C’est la convergence de ces forces qui se révèle à travers mes œuvres. » De fait, les pièces de la série The Synthesis Monolith semblent être taillées dans une roche brute. Comme un marbre mi-rocheux, mi-poli par la main du sculpteur. Seulement le métal est fondu et coulé. Et toute la pièce est le fruit d’un façonnement technologico-humain. Offrant ainsi le présage d’une dualité à apprivoiser, entre énergie brute et matière raffinée. Pour des pièces harmonieuses, où chaque dynamique complète l’autre, en lui laissant toute latitude pour exister. À retrouver durant les « Rising Talent Awards » de M&O janvier 2019.