PHOTO | EXPO

Germinations

22 Avr - 31 Mai 2017

L’exposition « Germinations » à la galerie Voies Off, à Arles, dévoile des photographies de Georges Pacheco consacrées au monde agricole. Le photographe met en scène, entre humour et documentaire, le quotidien des élèves d’un lycée agricole.

L’exposition « Germinations » à la galerie Voies Off, à Arles, présente des photographies de Georges Pacheco qui mettent en scène avec humour le monde agricole.

Des expériences visuelles avec les élèves d’un lycée agricole

L’exposition présente le résultat d’une résidence d’artiste que Georges Pacheco a effectuée au lycée agricole La Germinière, situé à Rouillon dans le département de la Sarthe. L’ensemble des images, réalisé en collaboration étroite avec les élèves de l’établissement et répondait à un double objectif de Georges Pacheco.

Le premier de ces objectifs était de témoigner, selon un mode documentaire, du quotidien des adolescents au sein du lycée agricole et des activités qu’ils y mènent en vue d’être formés aux métiers de l’agriculture. Le second était de mener avec eux des expériences visuelles, dans le but de les initier à une approche ouverte et sensible de la photographie.

Les photographies de Georges Pacheco mettent en scène le monde agricole

Les photographies de Georges Pacheco font appel à l’histoire de l’art et de la photographie, à l’histoire, la symbolique et la poésie du monde paysan pour générer des images chargées d’un humour souvent acerbe, parfois absurde. L’exploitation agricole du lycée et les animaux qui y vivent deviennent les lieux et objets de mises en scène imaginées puis jouées par les lycéens.

Une série de photographie montre chacune un élève debout et de dos, vêtu d’une tenue de travail agricole et de bottes en caoutchouc, portant un ensemble d’objets identiques qui masque le haut de son corps jusqu’à la tête. Ainsi chaque photographie fixe l’image d’une paire de jambe surmontée, ici d’un ensemble de seau, là d’un tas de paille, de pneus ou de casques de protection. La série transmet une sensation de dépersonnalisation, chaque individu étant défini par son activité.

Une autre photographie montre un élève la tête masquée par un casque et recouvert de tabliers disposés de telle façon que, bras écartés, il ressemble à un épouvantail. Enfin, sur une large photographie panoramique, un groupe d’élèves en habits paysans traditionnels sont figés dans une attitude volontariste et assurée. Cette image très scénographiée n’est pas sans rappeler celles produites à diverses périodes de l’histoire pour décrire et vanter le monde agricole.