DESIGN | OBJET

Vessels

Passe-partout, les vases de la série Vessels, du céramiste californien Eric Roinestad, ne sont pas passés inaperçus aux yeux de la galerie The Future Perfect. Laquelle leur a offert une large visibilité lors de la dernière foire internationale Design Miami/ Basel. Pour des volumes atemporels et dépouillés.

Céramiste contemporain, c’est depuis Los Angeles qu’Eric Roinestad (ER Studio LA) conçoit ses œuvres — objets de maison, luminaires, sculptures. Style plutôt néoclassique, ses pièces cultivent une approche syncrétique. S’y trouvent des accents d’épure minimaliste, de sculpture grecque antique, de masques africains modernes, de Constructivisme russe, de poterie mexicaine… Pièces massives, symétriques, économes en couleurs, Eric Roinestad se distingue par sa capacité à composer des objets aussi présents que fuyants. Des objets difficiles à inscrire dans un espace-temps particulier. Depuis 2014, Eric Roinestad est notamment représenté par la galerie états-unienne The Future Perfect. Un acteur important du marché du design contemporain international. Présente sur la dernière foire Design Miami/ (Bâle, juin 2018), The Future Perfect y a exposé des pièces d’ER Studio. Les vases, de la collection Vessels, y ont bénéficié d’une large visibilité.

Vessels d’Eric Roinestad : la céramique, entre esprit folk californien et minimalisme

Venu du design graphique, Eric Roinestad s’est d’abord illustré en tant que directeur artistique dans l’industrie de la mode et du divertissement. Avec des clients allant de Virgin Records à Universal Pictures. Parmi ses productions d’alors se comptent notamment des couvertures d’albums pour Fiona Apple ou Kylie Minogue. Au tournant des années 2000, il bifurque vers un autre secteur : la céramique contemporaine. Avec des pièces fabriquées à la main, au tour traditionnel, mettant plutôt l’accent sur l’unicité du produit. À l’aune d’une méthode de production proche de l’artisanat, pour autant les vases d’ER Studio cultivent une sobriété qui voisine l’effacement de toute singularité. Ce que la galerie The Future Perfect présente comme étant une combinaison entre l’esprit moderne folk californien et les racines scandinaves d’Eric Roinestad. Création englobante, sa céramique (grès) est plus proche de la pierre que de la terre : simplicité et solidité semblent en être les maîtres-mots.

Vases, urnes, amphores… Quand le design bondit de l’art cycladique au Bauhaus

Vases, urnes et réceptacles à la simplicité déconcertante… Les Vessels d’Eric Roinestad tiennent le milieu entre un retour à la tradition et une absence d’histoire particulière. À chacun d’y associer sa propre histoire. Fabriqué à la main, chaque vase de la série Vessels affiche néanmoins une rigoureuse symétrie. Du rapprochement avec la nature californienne (climat de type méditerranéen), Eric Roinestad dégage des formes économes. Sans exubérance ni luxuriance, ses œuvres, qui peuvent également évoquer des amphores, arborent des volumes élancés. Comme un clin d’œil à l’art cycladique, de l’autre côté de l’océan, de l’autre côté du temps. Une synthèse des esthétiques qui ne s’arrête pas là, puisque ses derniers vases (série Vessels, toujours) s’inspirent directement des créations du pionnier du Bauhaus, Oskar Schlemmer. Ainsi que des œuvres, d’après sa galerie là encore, de Carlo Scarpa et Tomaso Buzzi, deux designers et architectes italiens du XXe siècle.