ART | CRITIQUE

Zeropolis

PSandrine Peyre
@03 Fév 2010

Quand la densité, la monumentalité de la ville en vidéo se frottent à la surface plane et peinte du tableau. Un décalage affirmé.

Empruntant à Bruce Bégout le titre de son ouvrage sur Las Vegas, Zéropolis, l’expérience de Las Vegas ( 2002), Patrice Mortier allie à ses préoccupations plastiques une considération sur l’idée de la grande ville.
Patrice Mortier peint des tableaux à partir de projections d’images captées sur le net. Il passe pour être l’un des précurseurs de la peinture à partir d’images numériques. Dans cette exposition sont aussi présentées des installations en briques de maçonnerie ou conçues avec d’autres matériaux.

Contrairement, à ses précédents travaux, notamment ceux de 2004, Patrice Mortier sort du registre de la vidéo, ou, en tout cas, semble moins s’appuyer sur elle. La temporalité affichée de la vidéo est dépassée au profit d’une temporalité suggérée. En effet, Patrice Mortier se passe du truchement des paramètres techniques de la vidéo (l’heure, la date, la provenance internet par exemple, qu’il affichait sur ses travaux précédents) puisque la peinture lui permet de traduire la tension du temps qui passe.

Ainsi, l’intensité de la vie dans la ville s’exprime davantage sur la surface plane et lisse du tableau, justement grâce à cette tension picturale.

Les lignes de Centre Commercial (2009) rappellent celles de Mondrian. Dans ce tableau, la vue en plongée d’un centre commercial avec ses rues et ses parkings crée autant de lignes et de surfaces pleines et peintes. Il s’agit d’une composition picturale à part entière. Beaucoup d’artistes ont utilisé l’orthogonalité des villes, leurs réseaux plus ou moins organiques ou géométriques, leur enchevêtrement aussi. Patrice Mortier se situe dans leur lignée.

La préoccupation de l’artiste ne semble pas seulement être de nature plastique. Tous ces matériaux bruts, assemblés sous une forme autonome ou agencés en vue de servir de support à une composition picturale, évoquent particulièrement les préoccupations des artistes du début du XXe siècle.
Le développement de la mécanique, des industries, de la construction massive avait généré tant d’inquiétudes et tant d’espoirs que les artistes s’étaient nécessairement emparés du sujet.
C’était l’avènement du monde moderne. Les musiciens, Stravinsky, les chorégraphes, Diaghilev, les poètes, Cendrars, les peintres, et notamment Léger ont intégré toutes les identités de la ville en développement dans leurs compositions musicales ou picturales, dans leurs proses ou dans leurs chorégraphies.

Aujourd’hui chez Patrice Mortier, on retrouve cette poésie liée à la modernité, à la monumentalité des grandes villes, à leur densité et au rythme soutenu de vie qu’elles supposent, Tokyo, Las Vegas, Dubaï en sont autant d’exemples. Patrice Mortier est bien un artiste dans son temps.

Mais le lien ne s’arrête pas là. La tension des bouleversements de la cité conduisent Patrice Mortier à sortir du tableau pour se diriger vers la sculpture, et vers les préoccupations de la société, notamment au moyen de l’installation constituée à partir de bouteilles d’eau ou de briques tétra-pack, disposées sur un socle, le tout peint en blanc. L’œuvre évoque une cité du type de celles qui fleurissent sur les côtes de la Méditerranée.

Ces éléments bruts de construction ou ces objets triviaux de consommation, font des œuvres une ode à la ville et à sa beauté, mais épicées d’un léger cynisme.
Mais point de pessimisme, ni d’alarmisme. Il s’agit avant tout d’expériences plastiques sur nos civilisations urbaines.

Liste des œuvres
— Patrice Mortier, Tokyo, 2009. Huile sur toile. 97 x 130 cm.
— Patrice Mortier, Chicago, 2009. Huile sur toile. 200 x 300 cm.
— Patrice Mortier, Dubaï, 2009. Huile sur toile. 150 x 100 cm.
— Patrice Mortier, Zeropolis, 2009. 1360 briques. Dimensions variables
— Patrice Mortier, Briques, 2009. Huile sur toile. 97 x 130 cm.
— Patrice Mortier, Blocs, 2009. Huile sur toile. 60 x 73 cm.
— Patrice Mortier, Containers, 2009. Huile sur toile. 150 x 200 cm.
— Patrice Mortier, New-Delhi, 2009. Huile sur toile. 130 x 179 cm.
— Patrice Mortier, Las Vegas, 2009. Huile sur toile. 100 x 130 cm.
— Patrice Mortier, Las Vegas, 2009. Huile sur toile. 60 x 73 cm.