ART | EXPO

Zeichnung

24 Mai - 26 Juil 2014
Vernissage le 24 Mai 2014

Dans les aquarelles de Martin Dammann, la structure du dessin fait émerger l’image et l’image laisse entrevoir sa propre structure. Répondant à une volonté de créer une oscillation entre figuration et dissolution, son art se conçoit comme un dialogue permanent entre les lignes et la couleur sans jamais céder à l’abstraction.

Martin Dammann
Zeichnung

La galerie met à l’honneur Martin Dammann dans le cadre de sa double programmation avec deux expositions successives, «Dieses Feuer» et «Zeichnung». L’une dans la galerie du Marais et l’autre dans l’atelier Rouart dans le 16e arrondissement, ancien atelier de Berthe Morisot, qui représente un lieu de vie mais aussi d’échanges artistiques depuis les années 30.

«Zeichnung» (dessin) à la galerie In Situ se compose d’un corpus de dessins, créés comme un pendant à l’exposition à l’atelier Rouart. Dans une volonté de créer une oscillation entre figuration et dissolution, «Zeichnung» se conçoit comme un dialogue permanent entre les lignes et la couleur sans jamais céder à l’abstraction. Le dessin chez Martin Dammann oscille ainsi entre l’image, ce qui est représenté, et le cadre de cette représentation: simultanément, la structure du dessin fait émerger l’image et l’image laisse entrevoir sa propre structure.

L’attention de Martin Dammann se porte sur les multiples aspects de la relation — souvent contradictoire — qu’ont les images avec ce qu’elles représentent et de ce fait, avec ce qu’elles ne sont pas. C’est par exemple le cas de la photographie de guerre anonyme, point de départ important dans son travail. Des questions liées à l’histoire, l’identité, à la représentation et à la perception s’affrontent dans le travail de l’artiste.

«Dieses Feuer» (ce feu) à l’atelier Rouart s’imprègne de l’histoire de l’atelier et de l’empreinte laissée par Berthe Morisot. Dans un premier espace, l’empreinte historique du lieu inspire une scénographie articulée autour des concepts d’histoire/temps, de genre, et de la peinture de la fin du XIXème. Les œuvres ont pour thème les relations entre hommes et femmes, mais la technique de l’artiste et la contemporanéité qui anime sa couleur déborde le sujet classique.

Martin Dammann profite de l’espace principal de l’atelier pour déployer un grand nombre d’esquisses qui ont accompagné sa production picturale au cours des dix dernières années. Comme en référence à la fonction première du lieu, un terrain d’expérience et de réflexion artistique, l’installation donne à voir un dialogue fécond entre la structure du dessin et la dissolution qu’apporte la couleur.

Enfin, une salle intermédiaire au cœur du dispositif d’exposition accueille une installation de photographies nocturnes et forme ainsi une trame narrative sombre qui résonne avec l’ensemble de son œuvre.