ART | EXPO

Things Fall Apart (Interim Report)

12 Jan - 28 Mar 2020
Vernissage le 12 Jan 2020

L’art très politique du Tchèque Zbyněk Baladrán est mis à l’honneur à la galerie Jocelyn Wolff de Romainville avec l’exposition « Things Fall Apart (Interim Report) ».  Ses installations, fruits d’observations et de réflexions rigoureuses, témoignent de l’emprise hégémonique de l’Europe occidentale néolibérale.

L’exposition « Things Fall Apart (Interim Report) » à la galerie Jocelyn Wolff, à Romainville, présente de récentes installations de l’artiste tchèque Zbyněk Baladrán qui résultent d’un travail de recherche de plusieurs années consacré aux transformations sociales et politiques. Des recherches menées depuis son pays, qu’il désigne comme appartenant à « une semi-périphérie européenne globale », une Europe de l’est qui, après avoir subi à son tour l’expansion de la société de consommation, témoignent des changements qui atteindront bientôt l’Europe de l’ouest en matière de vie politique, de marché du travail et de droits sociaux.

« Things Fall Apart (Interim Report) » : installations de Zbyněk Baladrán

L’installation History is Possible s’inscrit dans la démarche de Zbyněk Baladrán consistant, à la manière d’un ethnologue, d’un sociologue ou d’un archéologue, à retrouver des vestiges du passé récent. Elle reflète également son intérêt pour les objets à travers lesquels l’humanité forge l’image de son passé et de son avenir. L’installation Automated Subject, inspirée par les ouvrages de Stanislaw Lem et Andrei Platonov, offre une vision spéculative des possibilités de transformation, d’expansion ou de rejet de la subjectivité.

Zbyněk Baladrán observe l’hégémonie de l’Europe occidentale

L’installation vidéo Apparatus as a Goal of History traduit l’enregistrement de l’environnement et d’activités de travail en algorithmes. Dans l’installation Contingent Propositions (round version), Zbyněk Baladrán rassemble sous la forme de collages modernistes des coupures de deux journaux tchèques locaux : le quotidien communiste Rudé právo et le quotidien libéral Lidové noviny. Sur la base de ces deux sources témoignant de la disparition des deux blocs idéologiques dominants du XXe siècle, l’artiste imagine le futur mondial.