ART | EXPO

Your potential, our passion

16 Oct - 22 Nov 2008
Vernissage le 16 Oct 2008

Les travaux de Baptiste Debombourg sont réalisés à partir d’objets utilitaires jetables, tels que des emballages en polystyrène, des catalogues de vente par correspondance ou des mégots. L’expérience artistique chez lui, ne se détache pas des objets du quotidien.

Baptiste Debombourg
Your potential, our passion

Le travail de Baptiste Debombourg découle de la relation qu’il établit entre des objets du quotidien et ses expériences artistiques.

La plupart de ses œuvres sont des sculptures, mais il réalise aussi des performances, des dessins, des photographies et des vidéos.

La diversité des moyens et des matériaux qu’il emploie est en rapport avec la façon dont il crée des tropes artistiques à partir de matière éphémère – objets utilitaires jetables, emballages en polystyrène ou en carton, catalogues de vente par correspondance, mégots, agrafes – et de supports tangibles – des choses dont nous ne mettons pas en doute l’existence, comme les murs, le verre feuilleté et le mobilier.

Généralement, il use d’objets utilitaires, dénués de séduction, comme s’ils étaient précieux ; c’est le cas dans « Air Force One », une gravure de Hendrick Goltzius – contemporain de Michel-Ange – qu’il a reproduit avec des agrafes et qui se lit comme un bas-relief évoquant la chute hors du paradis.

Il agit cependant de façon diamétralement opposée avec les supports tangibles, qu’il a tendance à briser avant de les recoller soigneusement: par exemple « Turbo » , une paroi d’aggloméré éclatée et béante comme si elle avait été défoncée par un camion, ou encore « Crystal Palace », un abribus en verre fracassé qu’il a reconstruit sous forme d’épave affaissée quoique toujours fonctionnelle.

Dans ses vidéos et ses photographies, il traite des activités de la vie réelle de gens qui s’adonnent à un hobby – comme, dans « T.C.S. » (« Traîne-cul surprise »), les pilotes de course du dimanche qui conduisent des demi-voitures – et de ceux dont les passions révèlent un héroïsme modeste, tels que les culturistes et les hommes d’affaires.

Il compose des slogans comme « Votre potentiel / notre passion » avec des mégots de cigarettes, et il trace les plans détaillés d’une pièce d’architecture curieusement impossible, « Tradition of Excellence », l’escalier d’une petite maison qui descend dans la terre à travers des strates de lignes longitudinales.

Les oeuvres éclatées ont, de manière suggestive, des qualités filmiques, comme si elles étaient destinées à quelque « effet spécial » ; elles me rappellent le robot dans « Terminator 2 », qui se reconstitue constamment en vue d’un autre combat.

Si des titres comme « Crystal Palace » ou « Air Force One » sont ironiques, ils n’ont rien de cynique, car Baptiste Debombourg vise à ajouter du sentiment, ou de l’affect, à ses objets éphémères et à ses événements spatio-temporels documentés, comme dans les meubles endommagés.

Ses oeuvres n’ont pas trait à l’écologie, ni à la récupération, ni à l’identité politique ni aux médias. Ce sont des objets et des découvertes transformés en questions métaphoriques qu’il convient de considérer.

Article sur l’exposition
Nous vous incitons à lire l’article rédigé par Céline Piettre sur cette exposition en cliquant sur le lien ci-dessous.

critique

Our Potential, Our Passion