ART | CRITIQUE

Yazid Oulab

PMarie-Jeanne Caprasse
@12 Jan 2008

Utilisant des médiums aussi divers que le dessin, la sculpture ou la vidéo, Yazid Oulab explore le thème du lien et de la transmission, avec pour fil conducteur l’arbre et le clou.

Les œuvres de Yazid Oulab témoignent de sa présence au monde, présente et passée, et de la relation spirituelle qu’il manifeste avec ce qui l’entoure. C’est le thème du lien et de la transmission qu’il explore avec ces nouvelles créations.

Son œuvre s’enracine dans son passé d’algérien immigré en France et dans la volonté de créer des passerelles entre ces deux cultures. Sa pratique artistique est fortement pétrie de la tradition soufie, ouverte sur la recherche d’une réalisation spirituelle liée à une plus grande connaissance de Dieu, mais transposée dans des œuvres qui relèvent des codes de l’art contemporain occidental.

C’est dans une ambiance contemplative qu’il plonge le visiteur, par un travail de sculptures épurées. Trois immenses clous sculptés dans le bois sont suspendus au plafond, ils flottent au-dessus du sol, majestueusement, au fond de la salle d’exposition. L’artiste propose d’y voir la parole de Dieu qui est donnée aux hommes. Elle prend la forme d’un clou car c’est une connaissance qui heurte quand on la reçoit. La révélation est lourde à porter mais elle est une souffrance nécessaire pour notre élévation.

A l’entrée de la salle, c’est une toute autre transmission qui se joue avec la sculpture de petits clous en craie déposés sur une ardoise. L’artiste évoque ici les cours de français de son enfance. Les clous sont nombreux mais fragiles. Et derrière l’innocence du blanc crayeux et l’accumulation désordonnée des clous, on pense au choc de la connaissance, à la difficulté d’apprendre. L’adaptation ne se fait pas sans douleur.

Entre les cultures, c’est la nature qui relie les individus, elle s’incarne ici dans la figure de l’arbre, le bois, matériau de prédilection du sculpteur. Dans les dessins «Résonances», l’artiste place des petits hommes en position méditative dans les nœuds d’un tronc d’arbre. Les différences individuelles s’effacent pour se fondre dans une globalité qui concentre et fait vibrer toutes ces énergies.

Transmission et cheminement spirituel sont les clés de lecture des œuvres de Yazid Oulab. Ouvert sur l’altérité, il traduit une quête qui ne peut se réaliser sans éviter la souffrance.

Yazid Oulab
Sans Titre, 2006. Craie et ardoise. 32 x 42 cm.
Sans Titre, 2006. Peau de mouton et marbre. 145 x 45 cm.
Sans Titre, 2006. Bois. 300 cm.
Sans Titre, 2006. Fusain. dimensions variables
Sans Titre, 2006. Fusain. 13 cm.