ART | EXPO

Yard

28 Fév - 30 Mar 2013
Vernissage le 28 Fév 2013

Inventeur du Happening, l’artiste Allan Kaprow, décédé en 2006, «réinventait» sans cesse ses plus célèbres Environnements ou Actions dont «Yard», un déferlement de pneus où, selon l’une des grandes théories d’Allan Kaprow, art et vie se confondent abolissant contexte artistique, public, unité de temps et de lieu, rôles, intrigues...

Allan Kaprow
Yard

Allan Kaprow réalise son premier happening public, Communication, en avril 1958 sur un campus universitaire américain. Sauf qu’à l’époque personne ne sait que c’est un happening, y compris Allan Kaprow qui ne le théorisera que peu après, toujours au printemps 1958, dans la revue Anthologist, où il publie l’article: «Something to take place: a happening».

Artiste et universitaire, Alla Kaprow revisitera tout au long de sa carrière les Environnements, Actions ou Happenings qu’il a créés. Ceux-ci sont relus à la lumière du présent: «Je suis intéressé par le présent dans sa continuité, c’est pourquoi il s’agit de réinventions et non d’une reconstruction. À partir d’une métaphore ou d’un matériau dont j’ai souvenir, j’invente l’œuvre nouvelle en relation avec les circonstances actuelles.» (Allan Kaprow in Mac Lyon, Œuvres entrées dans la collection en 1996 et 1998, 2010.)

Aujourd’hui pour les 40 ans du CAPC, 40 tonnes de pneus sont déversées dans la nef du CAPC. Et Yard est «réinventé». Environnement culte de l’artiste américain Allan Kaprow, Yard connaît dès sa première intrusion dans la cour de la Galerie Martha Jackson à New York en 1961, le succès. Les visiteurs se déplacent tant bien que mal sur des piles de pneus qu’ils réarrangent à volonté. L’art et la vie se confondent. Depuis, Yard se réinvente plusieurs fois par an dans le monde, à l’intérieur comme à l’extérieur.

Un tel niveau d’adaptabilité pour une œuvre peut sembler aujourd’hui incroyable. Il l’est. Et l’idée est d’autant plus forte que l’impact est visuel. Réinventé dans les proportions pharaoniques de la nef, Yard fait office dans ce contexte de socle ou fondement métaphorique d’une histoire, celle du CAPC, et pose, du fait de l’instabilité qui le caractérise, la question de l’anti-scène.

Né en 1927 à Atlantic City aux Etats-Unis, Allan Kaprow suit les cours de John Cage à New York qui l’initie entre autres à Duchamp et Artaud. Dans les années 60 et 70, aux côtés de Rauschenberg, Claes Oldenburg ou Red Grooms, il s’intéresse à la relation entre art et vie, souhaitant abolir les frontières entre art et non-art, ce qui aboutit à la création des Happenings, et autres Evénements ou Actions. Il est décédé en 2006 à Encinitas aux Etats-Unis.