DANSE | SPECTACLES

XYZ

04 Fév - 07 Fév 2020
Vernissage le 04 Fév 2020

XYZ. Trois lettres qui marquent la fin de l'alphabet et, par conséquent, la fin de l'abécédaire chorégraphique que conçoit Georges Appaix depuis trente-cinq ans. Le chorégraphe amoureux des mots tire sa révérence avec l'ultime spectacle XYZ ou Comment parvenir à ses fins, production du Théâtre de la Ville.

Le chorégraphe marseillais Georges Appaix a développé, au cours de trente-cinq ans de créations, un abécédaire chorégraphique. Débuté en 1985 avec Antiquités, il se conclut désormais avec XYZ ou Comment parvenir à ses fins, une production du Théâtre de la Ville de Paris. La compagnie de Georges Appaix, La Liseuse, finit en beauté cette fresque alphabétique à la Maison des arts de Créteil.

XYZ : une pièce chorégraphique humoristique

Le spectacle XYZ repose sur un texte écrit par Georges Appaix, qui passe en revue toutes les lettres de l’alphabet pour en cerner les particularités. Fabriquées en carton ou en métal, elles se matérialisent sur scène et apparaissent une à une à mesure qu’on les mentionne. Elles entrent ainsi dans la danse avec sept interprètes — le chorégraphe compris. Georges Appaix joue avec humour sur leur forme, leur sonorité, leurs connotations. Cela donne lieu à des soliloques ou des dialogues et transforme le spectacle de danse en théâtre comique, où fusent jeux de mots et boutades.

XYZ : danser l’ABC dans un repère orthogonale

Le spectacle de Georges Appaix marie le mot, le geste et la musique. Les sept interprètes – « danseurs différemment, acteurs par nécessité, musiciens à leurs heures » — font écho par leurs mouvements et leurs gestes aux lettres de l’alphabet. Tout particulièrement aux fameuses X, Y et Z, ces « lettres mal aimées, rarement initiales, le fin fond de l’abécédaire », comme l’écrit Georges Appaix. Elles appellent d’autant plus à être matérialisées, incarnées, spatialisées dans un espace en trois dimensions qu’elles font référence à l’abscisse et l’ordonnée.

XYZ : une esthétique de la fragmentation abécédaire

Les lettres une fois réunies forment à la fin du spectacle le mot « fragments » qui rappelle l’esthétique spécifique du travail de Georges Appaix, constitué d’îlots de sens qui, par leur juxtaposition ou leur opposition, produisent une signification plus large. Comme la constitution de mots à partir de lettres, de phrases à partir de mots. Le spectacle est ainsi composé de saynètes dédiées à chaque lettre, qui forment un tout, l’alphabet. De la même manière, XYZ se fait la dernière pièce manquante d’un puzzle entamé il y a 35 ans, constitué au cours de plus d’une vingtaine de spectacles.