ART | CRITIQUE

Wunderkammer

PJulia Peker
@12 Jan 2008

Zoë Mendelson s’inspire de l’esprit de merveilleux qui animait les cabinets de curiosité du XVIIe siècle. Elle dessine au crayon à même les murs de la galerie des fantasmes aussi étranges que familiers, puisés dans la matière des rêves et du désir.

Zoë Mendelson a passé le mois d’août en résidence à la galerie, pour réaliser un dessin mural fantasque et éphémère, inspiré des cabinets de curiosité. Ces haut-lieux de l’insolite ont connu leur heure de gloire au XVIe et XVIIe siècles: on y collectionnait les objets les plus rares et les plus étranges, appartenant au règne animal, végétal, et minéral, ainsi que des réalisations humaines. Destitués par la science et les musées, ces meubles secrets tenaient moins de la collection et de l’inventaire, que d’une improbable juxtaposition recueillant les secrets de la réalité.

En choisissant le terme allemand de Wunderkammer (littéralement Cabinet des merveilles) , Zoë Mendelson s’empare de la dimension extraordinaire de ces cabinets, sur laquelle vient se déposer l’imagination. Elle déploie à même les murs blancs de la galerie un enchevêtrement de formes fantasques, indifférente au partage des règnes de la nature.

Des personnages féminins sont disséminés dans une faune florale foisonnante, abandonnés à leur sexualité solitaire et à des jeux saphiques. L’intimité de ces scènes érotiques est préservée par l’exubérance du dessin: l’œil se perd à vouloir distinguer les éléments les uns des autres. Un motif décoratif inspiré de l’esthétique rocaille court sans discontinu le long des murs, engendrant les êtres les plus fantastiques. Les lustres se transforment en couronnes suspendues, d’où émergent des jambes de femmes, et des formes animales monstrueuses.
Les mots sont bien impuissants à décrire cette mythologie insolite: calqué sur la science et la logique, le langage échoue à distinguer et reconnaître ce flot de formes.
Le regard se promène sans pouvoir mémoriser ce qu’il a aperçu, et découvre sans fin de nouveaux détails.

L’œuvre surgit sur le mode de l’apparition, et ne se révèle que progressivement. Dans une première phase de son travail, Zoë Mendelson a conçu un ensemble d’œuvres sur papier, objets et peinture, dont les motifs s’insèrent dans la fresque. Cette version antérieure n’est visible que dans l’arrière-salle de la galerie: les dessins qui ont servi de calque pour le travail mural, et des toiles colorées. Deux meubles font revivre les cabinets de curiosité: en ouvrant les tiroirs, on retrouve les motifs familiers de l’artiste, peints à même le bois.
Ces œuvres ont précédé la fresque et lui succèderont, elles sont à la fois l’ébauche et le résultat, l’archive d’une production éphémère.

Nourrie de fantasmes érotiques, «Wunderkammer» ignore les règles de la science et de la logique, aussi bien que celles de la morale. L’imaginaire enfantin côtoie des représentations sexuelles monstrueuses, où des vulves exhibées accouchent d’une matière filandreuse informe.

Ces scènes merveilleuses puisent leur inspiration à une réalité aussi familière qu’étrange, celle qui habite nos rêves et nourrit le désir.

Traducciòn española : Santiago Borja.
English translation : Laura Hunt.

Zoë Mendelson:
Haiku Themepark, 2006. Huile sur bois. 100 x 100 cm.
Black-Eyed Susan, 2006. Huile sur bois. 21 x 30 cm.
Lady in Waiting, détail, 2003. Technique mixte. 50 x 50 x 160 cm.
Closet Victorias, 2003. Technique mixte sur bois. 40 x 66 cm.
Don’t Cry Over Spilt Milk III, détail, 2004. Technique mixte dans vitrine. 40 x 95 x 31 cm.
Niche, (détail), 2004. Technique mixte. 244 x 244 cm.
Festival Horse Desk, détail, 2004. Technique mixte. 50 x 43 x 80 cm.
The Sculpture Garden at the Hysteria Museum, 2006. Feutre sur papier calque. 30 x 42 cm.
Ladies of the Canyon, 2006. Feutre sur papier calque. 30 x 42 cm.
Mt. Angelas Laundrette, 2004. Feutre sur papier calque. 60 x 85 cm.
Diorama Drama, 2006. Feutre sur papier calque. 30 x 42 cm.
Seven Ways to Dream, 2006. Feutre sur papier calque. 60 x 85 cm.
Scatolollipop, 2005. Feutre sur papier calque. 30 x 42 cm.
Roof Garden, 2006. Feutre sur papier calque. 30 x 42 cm.
Fringey, 2006. Feutre sur papier calque. 30 x 42 cm.
The Future Home of the Institute of Pollen Research, 2006. Feutre sur papier calque. 30 x 42 cm.
Tache, 2005. Feutre sur papier calque. 24 x 30 cm.
Extricate, 2005. Feutre sur papier calque. 24 x 30 cm.
May Day Root, 2005. Feutre sur papier calque. 24 x 30 cm.
Long Time Coming, détail, 2005. Feutre sur papier calque. 60 x 1000 cm.