Cette page a été un peu chahutées en passant de l’ancien au nouveau site, les corrections sont en cours.  
Non classé

Winterreise

17 Jan - 22 Fév 2013
Vernissage le 16 Jan 2013

La pratique de Bernard Calet se constitue de sculptures interrogeant l'espace et l'architecture, autour des notions de passages et de déplacements. L'exposition se composera d'œuvres préexistantes et d'une nouvelle installation sculpturale, Winterreise (Voyage d'hiver), créée in-situ à partir d'œuvres récentes.

Communiqué de presse
Bernard Calet
Winterreise

Chacune des pièces de «Winterreise» est autonome mais elles sont toutes liées par un principe d’installation.

Elles ont une raison d’être ensemble: des œuvres éclairées sont mises en présence de pièces éclairantes. Ces sculptures fonctionnent de façon autonome mais acquiert plus de présences grâce aux autres. De l’ensemble se dégage une impression de chantier en perpétuel devenir.

Une sculpture de parpaings recouverts d’une peinture utilisée dans la signalisation routière, est réfléchie par un mot en néon: Figurant, qui représente l’idée principale de l’œuvre.

La peinture utilisée dans la sculpture renvoie directement au milieu d’où elle provient et plus généralement à la pratique de l’artiste autour de l’espace et du passage. Cette œuvre questionne l’idée du figurant, cette personne ayant juste besoin d’être là, pour être là, mais qui n’est pas dénuée pour autant de réflexion.

Ce mot se réfléchit donc sur les autres éléments qui composent la sculpture, la lumière agissant alors comme le fil conducteur de l’œuvre. La série Ville figure sera complétée par deux nouveaux dessins. Ce sont des sortes de micro séquences qui se relient pour recréer une cité imaginaire. Bernard Calet s’inspire de lieux existants, méconnaissables après son intervention.

L’artiste procède à l’inverse d’un urbaniste car il part d’une réalité puis la redessine. Il y a l’idée d’une vie en perpétuelle transition. Il ajoute des personnages peints toujours représentés de dos. Leur position est un clin d’œil au peintre allemand Caspar David Friedrich.

Le principe du caisson lumineux sera réutilisé afin de créer une œuvre se référant aux enseignes de publicité, mais l’image, plutôt abstraite est dissociée de la zone de lumière et le visiteur peut alors le traverser.

Ces néons, soutenus par un portique existent indépendamment de l’image qu’ils doivent habituellement éclairer. Des boîtes miroirs, Construction, complètent l’exposition.

Éclairés par différentes sources de lumières présentes dans l’espace, elles réfléchissent une réalité et en signifie une autre, par son lien avec l’habitat, souvent questionné dans le travail de Calet. Vision d’un intérieur anonyme par référence au carton d’emballage d’une vie privée inconnue. Alors que les objets sont acteurs de cette installation, les visiteurs en sont les figurants…

Né en 1958 à Charenton, l’artiste partage désormais son temps entre Tours et Angers où il est professeur à l’École Supérieur des Beaux-Arts.

Vernissage
Mercredi 16 janvier 2013 à 18h30.

AUTRES EVENEMENTS Non classé