ART | EXPO

Winter Paths

09 Avr - 09 Mai 2015
Vernissage le 09 Avr 2015

Hilary Dymond travaille en série, avec pour thème de prédilection la nature. Elle peint sans relâche ces paysages qui l’inspirent tant, les travaillant avec une palette restreinte de couleurs et traitant le sujet choisi jusqu’à sa maîtrise parfaite. Cette répétition thématique concentre toute l’attention sur les questions de forme, de lumière, de couleurs.

Hilary Dymond
Winter Paths

Hilary Dymond expose, du 9 avril au 9 mai 2015 — pour la huitième fois — à la Galerie Claire Gastaud, une nouvelle série de toiles qui subliment et rendent vivants des paysages familiers.

Après avoir exposé ses œuvres dans différents musées et galeries en Europe ainsi qu’aux Etats-Unis, la Galerie Claire Gastaud lui consacre une nouvelle exposition personnelle lui permettant, une fois encore, de nous surprendre et nous impressionner par ce traitement si particulier de la matière et de la lumière.

Hilary Dymond travaille en série, avec pour thème de prédilection la nature. Lorsqu’elle choisit et définit un nouveau sujet (le littoral, la montagne ou à présent les chemins en hiver), les toiles s’enchaînent, travaillées par touches épaisses ou fondues avec une palette restreinte de couleurs. Des heures durant elle peint sans relâche ces paysages qui l’inspirent tant. Cet aspect sériel fait réellement partie intégrante de son travail et est une clé dans la compréhension de son œuvre. Cette répétition thématique concentre toute l’attention sur les questions de forme, de lumière, de couleurs.
Comme Claude Monet peignait les Nympheas ou la Montagne Saint Victoire, Hilary Dymond semble fascinée par son sujet, qu’elle traite jusqu’à la maîtrise parfaite, allant jusqu’à le déréaliser. L’objet d’étude n’est plus le sujet propre, le sujet véritable est la lumière et la peinture elle-même. Ses paysages deviennent alors une évocation de la nature à la limite de l’abstraction.

Dans cette nouvelle série, Winter paths, Hilary Dymond semble être à l’apogée de son art. Les lignes se confondent dans un audacieux jeu entre les fondus, les touches plus épaisses et les nuances. Ainsi, on pourrait presque oublier les branches des bouleaux pour n’en voir qu’une expression abstraite de paysages qui tendent vers l’irréel et l’imaginaire. Si l’on regarde en détails les œuvres c’est l’ampleur du travail sur la matière qui prend le dessus. Si l’on s’éloigne, apparaît alors un paysage éblouissant de lumière.

Diplômée de la Kingston polytechnique of London (1985), de la Wimbledon School of art of London (1987) et de l’école des Beaux-Arts de Lyon (1990), Hilary Dymond travaille l’huile sur toile avec une maitrise incroyable. Depuis le début des années 1990, elle peint la nature et s’efforce d’en faire transparaître toute la force.