DANSE | SPECTACLE

Wim Vandekeybus, What the Body Does Not Remember. Festival Séquence Danse Paris

09 Avr - 15 Avr 2015
Vernissage le 09 Avr 2015

27 ans après sa création, Wim Vandekeybus reprend What the Body Does Not Remember, une de ses pièces emblématiques. Dans cette pièce, le chorégraphe flamand travaille les notions de marques, de traces et de présence du corps à travers une danse vive et hautement affectée.

Wim Vandekeybus (Cie Ultima vez)
What the Body Does Not Remember. Festival Séquence Danse Paris

Wim Vandekeybus reprend, plus d’un quart de siècle après sa création (1987), sa première pièce: What the Body Does Not Remember (Ce dont le corps ne se souvient pas). Un revival, dit-il: nouvelle distribution, nouvelle tournée. Cet enchaînement de fulgurances déployées alors par de très jeunes danseurs n’en a pas fini de brûler. Une inscription marquante sur un agenda. «À mes yeux, explique-t-il, la preuve de l’éventail des possibles, mais aussi de la pérennité des possibles.» Contrairement à ce que suggère le titre, nul corps, nul esprit de danseur ou de spectateur qui n’en porte les marques et ne les ait depuis conservées, entretenues, ne serait-ce que pour revendiquer: «J’y étais.»

Wim Vandekeybus est l’un des quatre as de la chorégraphie sortis par la Flandre de sa manche ces années-là. Un brutal affligé de douceur, un hiératique pratiquant la souplesse, un tonitruant assoiffé de mélodie. Un joueur cherchant à chaque instant la combinaison idéale. En jeux de briques, où se construit la traversée du plateau par ses naufragés; jeux de chaises, où les familles élargies se font et se défont; jeux de mains, où les vilains se découvrent délicats. Le tout enveloppé dans un mouvement d’aiguilles tricotant derrière les secondes, celui d’un monde qui ne peut tourner qu’en musique, parcourant les pages vibrantes de Thierry de Mey et de Peter Vermeersch, que nul corps, nul esprit, passé par de telles résonances, ne saurait oublier.

Mise en scène, chorégraphie et scénographie: Wim Vandekeybus
Interprétation: Ricardo Ambrozio, Tanja Marín Friðjónsdóttir, Zebastián Méndez Marín, Aymara Parola, Maria Kolegova, Livia Balazova, Eddie Oroyan, Pavel Mašek, Jorge Jauregui Allue
Musique originale: Thierry De Mey et Peter Vermeersch
Directeur des répétitions: Eduardo Torroja
Stylisme: Isabelle Lhoas
Assistant stylisme: Frédérick Denis
Coordination technique: Davy Deschepper
Création lumière: Francis Gahide
Régie lumière: Davy Deschepper
Régie son: Davy Deschepper, Bram Moriau

Programme du festival
— Mickaël Phelippeau, Chorus, 27-28 mars, à 19h (La Villette), également dans le cadre de L’Esprit de groupe
— Chloé Moglia, Aléas, 31 mars-04 avril, à 20h30 (CentQuatre), également dans le cadre de Hautes Tensions à la Villette
— Olivier Dubois/Germaine Acogny, Mon élue noire-sacre #2, 07-09 avril, à 19h30 (CentQuatre)
— Radhouane El Meddeb, Heroes, 14-15 avril, à 19h (Panthéon)
— Christophe Huysman, 777, 10-12 avril, à 19h et 17h30 (CentQuatre)
— Wim Vandekeybus, What the Body Does Not Remember, 09-15 avril, à 21h (CentQuatre)
— Robyn Orlin/Germaine Acogny, At the Same time we were pointing a finger at you, we realized we were pointing three at ourselves…, 11-12 avril, à 15h et 18h30 (CentQuatre)
— Halory Goerger, Corps diplomatique, 14-19 avril, à 19h (CentQuatre)
— KVS/Ballets C de la B/ A.M. Qattan Foundation, Badke, 16-18 avril, à 21h (CentQuatre)
— Rstyle, Urban party/Afterworks, 24 avril, 18h>22h (CentQuatre)
— Miguel Moreira/Romeu Runa, Pântano, 25-26 avril, à 19h (CentQuatre)
— Christian Rizzo, D’après une histoire vraie, 25-27 avril, à 20h45 (CentQuatre)