ART | EVENEMENT

Week-end à la Cité 2010

26 Juin - 27 Juin 2010
Vernissage le 26 Juin 2010

Étonnant, ludique, Week-end à la Cité propose d’ouvrir les portes du théâtre pour amener les spectateurs dehors, dans le parc et les Maisons de la cité internationale. Et d’ouvrir, du même coup, l’éventail des perceptions, de chambouler les pensées.

Antoine Defoort, Halory Goerger, Oskar Gómez Mata, Fanny de Chaillé, Grand Magasin, Rotozaza, Glassbox
Week-end à la cité

Chaque demi-journée, un forfait donne accès à un spectacle et à diverses performances, vous composerez vous-même votre parcours en arrivant!

Les spectacles
— Antoine Defoort et Halory Goerger, Un spectacle de câble et d’épée et Indigence = élégance
Defoort et Goerger n’ont pas l’air comme ça, mais leurs spectacles, à la fois science, à la fois fiction, et donc un peu science-fiction, posent des questions essentielles, par exemple : «Est-il judicieux de monter dans un vaisseau spatial voué à coloniser l’espace, si c’est pour mourir de vieillesse avant d’être arrivé à mi-chemin?». C’est une question du futur, bien sûr, mais c’est justement le projet de leurs spectacles savamment foutraques d’explorer des formes du futur.

— Oskar Gómez Mata, Optimistic vs Pessimistic
Un meeting politique, une expérience de biologie, un numéro de cirque, une partie d’amour et de haine, une formule mathématique, une improvisation sportive, un Grand Huit existentiel, une boule de cristal, un happening initiatique, un théâtre et son double… Et oui, car rien n’est noir ou blanc, heureux ou franchement malheureux, optimiste ou pessimiste, mais au contraire, tout est entre deux. (Spectacle réservé aux adultes)

Les performances
— Fanny de Chaillé, Le Voyage d’hiver
Dans Le Voyage d’hiver Fanny de Chaillé applique à un texte de Georges Perec, l’un des membres phares de l’Oulipo, fameux laboratoire de littérature sous contrainte, le traitement modificateur qu’il avait l’habitude d’appliquer aux autres. Elle a donc choisi un texte de Perec qu’elle lit mais pas exactement… Fanny de Chaillé est en résidence au Théâtre de la Cité internationale.

— Massimo Furlan, It’s all Forgotten
Pour It’s all Forgotten les spectateurs sont invités à déambuler dans un vaste et beau salon, saturé de brouillard d’où sourd une musique. Sans doute y croiseront-ils quelque enfant inquiétant, quelque danseur égaré ou crooner fantomatique. Chacun sera amené à réinvestir de ses propres souvenirs cette longue image qui s’attarde et à construire son propre récit. Cette performance a été réalisée avec le concours d’amateurs, enfants et seniors. Un projet de Massimo Furlan en résidence au Théâtre de la Cité internationale, avec la collaboration de Diane Decker.

— Grand Magasin, Syndicat d’initiative
Produit, conçu et réalisé par Grand Magasin avec la participation de la Chorale Z (direction Babeth Joinet). Un guide touristique se borne en général à décrire les éléments permanents du paysage: relief, bâtiments, routes, arbres centenaires. Il s’attache à l’histoire des monuments, à la superficie des parcs, au style des constructions. Quel ne serait pas notre étonnement si nous voyions soudain mentionné dans ce guide le nombre de personnes assises sur la pelouse, la couleur de leurs vêtements, l’immatriculation des voitures qui passent devant nous et, rapportée mot pour mot, la conversation de nos voisins du moment.

— Fanny de Chaillé, Human Library
Mi-chemin entre l’esthétique relationnelle qui met en avant l’idée que «l’art est un état de rencontres», et la politique pure et simple. L’idée est d’aller emprunter des livres pour une durée limitée comme dans n’importe quelle bibliothèque, mais il y a une différence, en guise de livres des bibliothécaires vous proposeront des êtres vivants. Fanny de Chaillé, met en scène le Human Library et pose le canevas des contenus des livres. Pendant 20 minutes environ un livre racontera une histoire le concernant, les thèmes sont parfois légers, souvent très engagés, et vous invitent à des rencontres uniques. Plutôt qu’un dialogue silencieux du lecteur et de son texte, l’ambition est de substituer un dialogue réel, où le lecteur pourra poser des questions à quelqu’un et peut-être devoir répondre à d’autres questions. Cette performance a été réalisée avec le concours d’amateurs, résidents de la Cité et habitants des quartiers alentours.

— Rotozaza, GuruGuru
Une pièce, 5 chaises, 10 écouteurs et 1 téléviseur. Cinq spectateurs sont conduits par un personnage animé numériquement à l’écran, qui mélange business et spiritualité. La confiance aveugle de ce Guru en des technologies sujettes aux bugs mène rapidement à des situations absurdes et génère un chaos hilarant. Cette expérience interroge notre incapacité à distinguer nos désirs de nos besoins. Ce spectacle fonctionne sur le même mode qu’Étiquette présenté l’année dernière dans les Week-ends à la Cité.

L’exposition
— Collectif Glassbox, Zone botanique temporaire