ART | EXPO

WA – surface d’autonomie temporaire

25 Mai - 20 Nov 2005

Ce projet d’exposition itinérante imaginé par Anne Roussel et Pascale Samuel réunit quinze artistes pratiquant la peinture murale. Une réflexion sur l’exposition comme mode de diffusion et pousse la logique d’occupation et de ramification de la peinture murale contemporaine en proposant un terrain de jeu éclaté. Avec, pour la première étape : Stéphane Dafflon et Olivier Millagou.

Communiqué de presse
Olivier Millagou et Stéphane Dafflon
WA – surface d’autonomie temporaire

Wall-painting au Palais de Tokyo
Le wall-painting a son histoire au Palais de Tokyo. Depuis sa création, de nombreux artistes ont eu l’occasion de s’exprimer sur nos murs, de Jun’ya Yamaide à Navin Rawanchaikul, en passant par Minervas Cuevas et Sidney Stucki. Aujourd’hui, Stéphane Dafflon et Olivier Millagou prennent le relais. Arrivés jusqu’à nous par l’intermédiaire du projet « WA – surface d’autonomie temporaire », ils donnent une nouvelle énergie au bâtiment. Nous accueillons en avant-première cette exposition itinérante.
Nicolas Bourriaud et Jérôme Sans

WA – surface d’autonomie temporaire
C’est au Palais de Tokyo que se tient la première étape du projet « WA – surface d’autonomie temporaire », imaginé par Anne Roussel et Pascale Samuel, exposition itinérante produite et diffusée à l’étranger par l’Association française d’action artistique (AFAA). WA réunit quinze artistes pratiquant la peinture murale. Pour ce projet, ils proposent des œuvres à réaliser lors de chaque étape de l’exposition, progressivement ou successivement, aux quatre coins du monde.
Ce faisant, WA mène une réflexion sur l’exposition comme mode de diffusion et pousse la logique d’occupation et de ramification de la peinture murale contemporaine en proposant un terrain de jeu éclaté. WA ne se transporte pas, mais se démultiplie. Modulable, WA se déploie à partir d’une ou de plusieurs interventions dans un espace unique ou morcelé, en composant une exposition toujours différente. Chaque épisode de WA est nourri de ses précédents dans un cadre aux frontières sans cesse repoussées et donne naissance à un réseau, à une exposition mouvante dans l’espace et dans le temps, qui s’adapte aux lieux et aux contextes.

Le kit
Avec son catalogue, ses fichiers informatiques, ses rhodoïds, ses diapositives et ses patrons…, la boîte envoyée aux partenaires de l’exposition est le seul compagnon matériel de l’expérience. Boîte en valise, camouflée en carton à pizza, elle est un outil de transmission qui regroupe les instructions permettant la réalisation des œuvres.

Commissaires
Anne Roussel et Pascale Samuel

Première étape

Pour cette première étape de WA, le Palais de Tokyo a sélectionné les propositions de Stéphane Dafflon et d’Olivier Millagou.

Stéphane Dafflon
Entre technique graphique et art décoratif, Stéphane Dafflon développe un travail dans la tradition de la peinture abstraite et de l’art concret. Il réutilise les méthodes de production et les formes du design industriel, travaillant toutes ses œuvres par ordinateur. Il en résulte des peintures murales aux formes élémentaires et colorées, aux motifs souvent répétés, aux lignes épurées. Ses œuvres sont à la fois des constructions et des environnements, dans lesquels le spectateur est pris de manière frontale et avec l’immédiateté d’une image publicitaire ou d’un logo à géométrie variable.
> Stéphane Dafflon est né en 1972 à Neyruz (Suisse). Il vit et travaille à Paris et Lausanne.

Olivier Millagou
Olivier Millagou revisite la culture populaire à travers des motifs issus de bandes dessinées, de marques de vêtements ou de symboles glamours tels que les playmates. Il joue avec les icônes des années 60 à 80 et une esthétique Côte d’Azur trash et Californie surf. Utilisant le dessin et la carte postale, il travaille essentiellement le  » drawing pin « , dessin mural réalisé avec des punaises. Reprenant des noms de groupes de musique rock, des personnages de fiction ou des motifs abstraits, l’artiste se concentre sur une image agrandie ou répétée, telle la frise d’étoiles présentée au Palais de Tokyo. Cette œuvre, couleur métal sur fond noir, attire l’œil inexorablement par ses effets pop.
> Olivier Millagou est né en 1974 à Toulon. Il vit et travaille à Bandol.