ART | EXPO

Voyages apocalyptiques

20 Jan - 24 Fév 2006
Vernissage le 19 Jan 2006

Variations plastiques sur le thème de la catastrophe. Un voyage apocalyptique au coeur de l’information, entre réel et virtuel.

Christoph Draeger
Voyages apocalyptiques

Depuis dix ans, Christoph Draeger documente et commente les catastrophes à la fois naturelles et industrielles. A la différence de beaucoup de ces prédécesseurs ayant travaillé la relation Art-Histoire, les travaux de Draeger déconstruisent des images qui ont été largement, et parfois de manière indélébile, gravées dans la conscience collective, en les présentant de façon inattendue. Draeger approche le désastre, sujet pluridimensionnel, à travers des mises en situation. Il crée des photographies, des vidéos, des installations, et des univers complexes, répliques des sites en ruine, de maisons ravagées, ou de terrains de campings brûlés, critiques notoires faisant écho à la suprématie des médias de masse.

Dans le travail de Draeger, les mécanismes de construction et de perception sont souvent exposés au travers d’une perspective ironique vaguement détachée, voir sarcastique. Les événements morbides, comme les catastrophes, sont bien sûr intrinsèquement centraux. Fidèle à la devise du journalisme : seules les mauvaises nouvelles sont de bonnes nouvelles, les catastrophes naturelles (tremblement de terre, éruption volcanique, inondation, etc.) et les catastrophes humaines (bombe atomique, accident de voiture, meurtre, pillage, émeute) génèrent plus d’audience et une meilleur médiatisation que n’importe quel autre événement. De plus, les catastrophes sont des bouleversements indélébiles en contraste avec l’émergence graduelle des images. Il y a des images avant et après une catastrophe, mais l’événement lui-même est insaisissable.

Partant du déluge d’images à peine mémorisées provenant elles-mêmes d’illustrations prétendument authentiques, une deuxième réalité résulte, une réalité virtuelle produite selon les règles de représentation des médias.

Entreprendre une classification encyclopédique de la culture de masse de la catastrophe construit-il notre sens du présent ou une réalité apocalyptique imminente? Ou encore, devons nous utiliser une dissonance cognitive (une sorte de «ne pas regarder») comme méthode de survie? A l’instar du fonctionnement simpliste des commentaires de CNN, les images de Draeger forcent le spectateur à confronter notre mémoire visuelle au désastre collectif.

L’artiste
Christoph Draeger vit et travaille à New York. Il est actuellement en résidence à Londres.

Article sur l’exposition
Nous vous incitons à lire l’article rédigé par Maxence Alcalde sur cette exposition.