ART | EXPO

Voiles, cordes, filets, parasols…

27 Fév - 17 Mai 2015
Vernissage le 26 Fév 2015

Artiste majeur de la scène artistique française et membre fondateur du groupe Supports/Surfaces, Claude Viallat questionne le médium de la peinture, et tout particulièrement la couleur et la déconstruction de la toile. L'univers marin dont il est très proche a guidé cette sélection de voiles, cordes, filets, parasols présentés à la chapelle de l’Oratoire.

Claude Viallat
Voiles, cordes, filets, parasols…

Artiste majeur de la scène artistique française, Claude Viallat adopte en 1966 un procédé à base d’empreintes, qui l’inscrit dans une critique radicale de l’abstraction lyrique et géométrique. Une forme neutre, ni naturelle ni géométrique, est répétée sur une toile libre, sans châssis, déterminant la composition de l’œuvre. En 1969, il est membre fondateur du groupe Supports/Surfaces qui positionne sa pratique artistique en questionnant le médium de la peinture, et tout particulièrement la couleur, dans toutes ses composantes.

Le musée des beaux-arts de Nantes conserve deux œuvres de Claude Viallat dans ses collections, et en a réuni une quarantaine pour cette exposition à la chapelle de l’Oratoire, invitant ainsi à suivre Claude Viallat dans ses recherches sur les supports, les formes, les couleurs et les matériaux. L’univers marin dont Claude Viallat est très proche a guidé cette sélection de voiles, cordes, filets, parasols présentés à Nantes.

En 1988 invité à représenter la France à la Biennale de Venise dont Bernard Ceysson, alors directeur du Musée national d’art moderne est commissaire, Claude Viallat choisit de réaliser ses œuvres sur deux sortes de voile: des voiles vénitiennes et des voiles catalanes. Installation monumentale où se propage sa forme dans tous ses états. Au-delà des toiles, Claude Viallat travaille sur les filets et leurs empreintes, sur les cordages et les nœuds. Depuis 1988, il n’a cessé d’utiliser des voiles à sa disposition, rebuts de planches à voile, de voiliers, de dériveurs, ou des tauds de bateau, tentes, parasols, etc. En se limitant à l’univers marin, l’exposition entend ainsi montrer la richesse, la variété et l’incroyable renouvellement du travail de Claude Viallat.

«Dans mon œuvre… j’ai réalisé tout un travail sur la déconstruction de la toile, travail qui aboutit aux cordes à nœuds, aux filets et à tous les types de nœuds… De la même façon, je travaille avec des tissus usés: des parapluies, des parasols, des tentes de camping, des voiles, des tauds de bateau. Tout ce qui touche aux textiles ou aux cordages m’intéresse parce que, pour moi, la corde c’est à la fois la ligne, le fil noué qui est à l’origine de la déconstruction de la toile. C’est également le fil de la trame. Le filet c’est aussi l’hypertrophie du tissage, donc c’est la grille, la mise au carreau, le quadrillage, la fenêtre d’Alberti…» Claude Viallat

critique

Voiles, cordes, filets, parasols…