ART

Visions et regards

16 Mar - 09 Mai 2010
Vernissage le 15 Mar 2010

"Pour moi, la peinture a toujours été comme la composition. Elle m'a donné la possibilité de m'exprimer, de partager mes émotions, mes idées et mes sentiments." (Arnold Schönberg)

Arnold Schönberg
Visions et regards

Au tournant du XXe siècle, de nombreux créateurs en rupture avec l’académisme s’engagent dans de nouvelles voies artistiques. En tête de ces chefs de file, le compositeur viennois Arnold Schönberg écrit ses premières œuvres atonales qui bouleversent l’histoire de la musique, en dépassant les règles établies de la composition classique et de l’harmonie traditionnelle.

Durant ces mêmes années où il compose son Deuxième quatuor, ses opéras Erwartung et La Main heureuse, il entame une intense activité de peintre. Cette nouvelle vocation qui a souvent été interprétée comme une façon de se rattacher à l’univers concret de l’image face à l’aspect immatériel de la musique, génère de très nombreuses toiles.

Réparties en différents genres, elle évoluent en impressions, portraits, natures mortes, esquisses de scénographies et même en caricatures ou représentations de cartes à jouer.

Bien loin d’une simple peinture d’amateur, cet ensemble visuel catalyse à lui seul, du symbolisme le plus tardif à l’abstraction pure, de l’expressionnisme à un figuralisme lyrique, les principaux courants picturaux de cette époque.

Au centre de ce corpus, une très longue série d’autoportraits où la figure semble tantôt disparaître ou au contraire s’affirmer dans des couleurs violentes et contrastées. Ces Visions ou Regards ainsi que le compositeur les appelle, révèlent toutes, telles des projections d’états d’âme, le miroir psychique tourmenté et sensible de l’artiste.

Reconnue aujourd’hui comme une œuvre majeure, ces huiles, gouaches ou pastels font partie des joyaux de la peinture expressionniste.

Ce phénomène rare, d’un créateur à la fois compositeur de génie et peintre, est d’autant plus singulier, qu’à la même époque, Arnold Schönberg fait la connaissance du peintre russe Vassily Kandinsky, l’un des pères de l’abstraction picturale, avec lequel il se lie d’amitié et entretient une longue correspondance.

Coproduite par les Abattoirs et le Théâtre du Capitole, grâce à un prêt exceptionnel du Arnold Schönberg Center de Vienne, cette exposition événement montre pour la première fois à Toulouse une très grande sélection de ses peintures.

Centrée sur l’autoportrait mais ouvrant sur toutes les sources d’inspiration du compositeur, elle présente également, en résonance directe avec la nouvelle production d’Erwartung et Pierrot lunaire au TNT mis en scène par Christian Rizzo, les esquisses de scénographies, de même que la partition autographe d’Erwartung et le livret annoté des poèmes du Pierrot lunaire.

En contrepoint, tel le symbole de l’amitié qui liait Schönberg à de nombreux artistes de l’avant-garde, seront également exposées deux esquisses de Kandinsky, peintes par l’artiste russe à la sortie d’un concert de Schönberg en 1911.

Depuis la dernière grande exposition consacrée à Arnold Schönberg en 1995 au Musée d’art moderne de la Ville de Paris, c’est la plus grande exposition consacrée aux peintures du compositeur en France. Un catalogue richement illustré accompagnera cette manifestation exceptionnelle.