ART | EXPO

Vincent Szarek

06 Nov - 20 Déc 2003

Œuvres très colorées en fibre de verre d’un jeune artiste new-yorkais: interrogation de l’actuel, univers composé d’automobiles, hors-bords, skateboards, planches de surf, de musique électronique et de chaussures de sport.

Vincent Szarek
Vincent Szarek

« Szarek est tout entier ancré dans son temps. Outre la culture de l’automobile, on retrouve dans son œuvre hors-bords, skateboards et planches de surf — il fait d’ailleurs partie de ces quelques jeunes artistes new-yorkais qui surfent comme des malades à la plage de Rockaway. À ce sujet, lors d’une récente visite à son atelier, j’ai aperçu parmi les œuvres en cours destinées à cette exposition une nouvelle planche qu’il était en train de se confectionner. Comme quoi dans certains cas, la forme sert bel et bien la fonction.

Ce qui inscrit aussi l’œuvre de Szarek dans notre époque, c’est son formalisme en mutation, sa propension à évoquer notre rapport à l’actuel que l’on refaçonne à tout va, de la musique électronique et samplée aux chaussures de sport qu’on croirait sorties tout droit d’usines extraterrestres. (On marche ou on flotte avec ça aux pieds ?)
Là où les capots de Richard Prince ont l’air d’avoir été transférés d’une casse à une galerie, l’art de Szarek est tout en fluidité: on balance entre stupéfaction et impression de familier. Son oeuvre la plus volumineuse à ce jour, un grand diptyque tortueux dont les éléments se reflètent entre eux et se fondent les uns dans les autres, a déjà été comparée, au choix, à la Batmobile, à une gargouille SF, à des ailes déployées avant l’envol, ou encore à l’ondulation figée d’une déferlante. Contentons-nous de l’appeler Fiberglass sublime (Splendeur en fibre de verre). »