ART | EXPO

Une Seconde une année

15 Sep - 14 Jan 2007

Une exposition constituée d’œuvres qui s’activent de manière aléatoire. Avec Alighiero E Boetti, François Curlet, Lara Favaretto, Graham Gussin, Leopold Kessler, Kristof Kintera, Jonathan Monk, Fernando Ortega, Werner Reiterer, Roman Signer, Kris Vleeschouwer.

Communiqué de presse
Alighiero E Boetti, François Curlet, Lara Favaretto, Graham Gussin, Leopold Kessler, Kristof Kintera, Jonathan Monk, Fernando Ortega, Werner Reiterer, Roman Signer, Kris Vleeschouwer.
Une Seconde une année

Y a-t-il un point fixe dans l’univers?
Il y a cinq milliards d’années, l’expansion de l’univers qui avait tendance à ralentir, a soudainement connu une brutale accélération sous l’effet d’une force mystérieuse: l’énergie noire. Ce renversement de vitesse impose un changement de perspective : l’expansion ne connaîtra jamais de répit. D’un ralentissement à une accélération constante, l’univers a mis fin à tout espoir de se reposer sur un hypothétique point fixe ! C’est une évidence, le monde ne peut apparaître comme une suite de points formant des lignes. Il se manifeste par des effets tangents et des différentiels de vitesse. Il traite de liaisons et traverse les strates. De la même manière, l’art ne peut s’aborder en termes de positions, de lieux. Il glisse sur le visible et révèle la multiplication des couches qui servent à sa construction. Il contribue à densifier le réel, voire à l’accélérer.

«Cinq milliards d’années» est la première session d’un programme qui va se décliner sur une année. Il est le prologue d’une réflexion portant non pas sur l’exposition en tant qu’événement singulier, point fixe isolé dans le temps et l’espace, mais sur la notion de programme, expérience dont le curseur temporel est en constant mouvement, en oscillation permanente. Amorce d’une programmation nouvelle, «Cinq milliards d’années» témoigne de l’énergie de la création contemporaine et de l’engagement du Palais de Tokyo à ses côtés.

«Cinq milliards d’années» est un univers artistique en expansion accélérée qui gagne l’ensemble des espaces du Palais de Tokyo. Structuré autour d’expositions collectives et personnelles, il comprend également une multitude d’événements aussi variés qu’un concours international de sculptures à la tronçonneuse, une conférence d’un astrophysicien et d’un musico-thérapeute, un ballet de mini-motos, etc.

Marc-Olivier Wahler, directeur du Palais de Tokyo.