ART | EVENEMENT

Une Sécession épistolaire

01 Mar - 01 Mar 2014
Vernissage le 01 Mar 2014

L’historien de l’art Morad Montazami et l’artiste Eric Baudelaire parleront de l’écriture aujourd’hui. Nous sommes dans une civilisation du réseau, certes, mais surtout hyper-bureaucratisée. Peut-être avons-nous même intégré sans le savoir des réflexes d’écriture dignes des structures étatiques les plus monopolistiques, voire autoritaires?

Morad Montazami, Eric Baudelaire
Une Sécession épistolaire

Pour élargir la réflexion menée dans l’exposition «The Secession Sessions», l’artiste Eric Baudelaire a lancé une série d’invitations afin d’interroger la nature fictionnelle de la construction d’une nation à travers l’histoire particulière de l’État sans État qu’est l’Abkhazie. Elles se composent de plusieurs éléments: l’ouverture de l’Ambassade de la République Abkhaze à Bétonsalon, par Maxim Gvinjia, ancien Ministre des Affaires étrangères d’Abkhazie; la projection quotidienne du film Lost Letters to Max, issu de l’échange épistolaire entre un artiste et un ministre; et un programme de rencontres et de discussions avec des chercheurs, des penseurs et des artistes afin d’explorer les enjeux contenus dans «The Secession Sessions».

Lettre de Morad Montazami à Eric Baudelaire
Paris, le 30 novembre 2013

Cher Eric,
Voilà à quoi me fait penser ton film. Dans le monde de la mémoire vive et du téléchargement, ce n’est pas l’écriture qui est passée de mode. Sans doute n’a-t-on jamais autant écrit, en tant que civilisation du réseau, certes, mais surtout hyper-bureaucratisée.

Peut-être avons-nous même intégré sans le savoir des réflexes d’écriture dignes des structures étatiques les plus monopolistiques voire autoritaires (de l’impératif de visibilité à la surveillance généralisée). Dès lors, il est édifiant à mon sens que tu remettes en jeu les gestes traditionnellement liés à l’échange épistolaire, notamment pour interroger nos conceptions de l’État.

L’attente, la destination et en définitive le corps-trace de l’écriture (ou de la voix) recèlent une puissance archaïque qui déjoue le fantasme d’ubiquité contrôlant nos modes de communication actuels. Les questions néo-existentielles incarnées par l’être de l’écrivain — sommes-nous bien là où nous écrivons, là où nous nous destinons, ou ni l’un ni l’autre, dans la trace même que nous laissons à déchiffrer par le futur lecteur? — nous donnent à penser les formes de communion ou d’union à venir. Le pendule de la communication semble s’inverser et la bureaucratisation de nos vies n’est plus une fatalité. Crois-tu que nous puissions en discuter?

Amicalement,
Morad

Morad Montazami est historien de l’art moderne et contemporain. Il a publié des articles sur de nombreux artistes dont Eric Baudelaire. Il est par ailleurs rédacteur en chef de la revue Zamân (Textes, images & documents).