ART | SPECTACLE

Un temps bis

12 Juin - 15 Juin 2014
Vernissage le 12 Juin 2014

Pour Un temps bis, il faudrait inventer un mot, qui ne signifie ni spectacle ni lecture. Sur scène, deux femmes, une comédienne et une altiste, révèlent à notre écoute de façon inédite la musicalité des mots de Beckett en résonance avec trois pièces pour alto.

Georges Aperghis, Valérie Dréville, Geneviève Strosser
Un temps bis

Il faudrait inventer un mot, qui ne signifie ni spectacle ni lecture. Un mot qui désignerait exclusivement cette façon de donner à voir et à entendre des textes de Beckett et des pièces pour alto d’Aperghis, Donatoni et Lachenmann, par une actrice et une musicienne rassemblées sur une scène après que l’une ait vu l’autre jouer, réunies par l’envie de travailler ensemble.

Cela désignerait une proposition née de la rencontre entre Valérie Dréville et Geneviève Strosser, qui précédemment avaient toutes deux travaillé avec Georges Aperghis, chacune de leur côté.
Ce serait autre chose qu’une pièce, car il s’agit surtout de confronter la lecture et le corps, de faire résonner sons et sens dans un va-et-vient entre la voix et les notes jouées par l’instrument, d’explorer des passages possibles entre la langue si particulière de Beckett, qui traite ici de la nature féminine, et la musique.
Ce serait une façon de faire dialoguer la sonorité des mots avec ces trois compositions pour alto.
Le travail de la lumière révélerait des fragments de corps, un bras, un morceau de visage, un coude… dans cet univers composé d’ombres évocatrices qui donnerait à voir et à entendre tour à tour des moments graves et gais.